Notre newsletter



Actualités

ELMO1, un nouveau moteur pour les cellules métastatiques

Vignette

Des travaux réalisés entre Marseille et Cincinnati (États-Unis) ont permis de décrire un mécanisme central du processus métastatique dans certains cancers agressifs. Une protéine, ELMO1, est sous le feu des projecteurs.

20140711 myelomePourquoi certains cancers, qui se développent à la frontière entre deux tissus, sont-ils particulièrement agressifs ? C’est la question que s’est posée Géraldine Guasch, du Centre de recherche en cancérologie de Marseille. Avec le soutien de la Fondation ARC (en 2014 et 2015), elle s’est mise sur la piste d’un coupable potentiel, la protéine TGFβ. Ses investigations l’ont menée à ELMO1, un complice susceptible d’être une cible pertinente pour lutter contre ces cancers.

Les « zones de transition », que l’on retrouve par exemple au niveau de la jonction entre l’œsophage et l’estomac, du col de l’utérus ou encore de la zone ano-rectale, sont des régions anatomiques où se rencontrent des types cellulaires différents. Jusqu’ici, rien de fâcheux… Sauf que ces zones s’avèrent aussi être le siège de cancers au fort potentiel métastatique. Or, d’après de nombreux travaux de recherche, les cellules constituant ces cancers seraient caractérisées par des anomalies touchant différentes réactions moléculaires qui partagent toutes un même déclencheur, le TGFb. En suivant la piste de ce « messager », l’équipe de Géraldine Guasch, entre Marseille et Cincinnati, est parvenue à montrer qu’une série de protéines n’étaient pas exprimée normalement dans certaines cellules cancéreuses lorsque le TGFb ne pouvait pas leur délivrer son message. Deuxième constatation, les cellules dans lesquelles cette dérégulation était observable, même si elles étaient en petit nombre, étaient responsables de la croissance tumorale. Enfin, ces cellules avaient une mobilité et une capacité accrues à envahir de nouveaux tissus, c’est-à-dire un potentiel métastatique élevé.

Parmi les protéines perturbées, ELMO1 s’est montrée particulièrement intéressante : largement surexprimée dans les cellules privées du signal porté par le TGFβ, sa suppression par manipulation génétique faisait perdre toute agressivité aux cellules cancéreuses et empêchait ainsi le développement de métastases pulmonaires. Ces expériences, menées in vitro comme in vivo, indiquent que le blocage d’ELMO1 pourrait constituer une piste sérieuse pour contrecarrer la tendance métastatique des cancers qui se déclarent dans les zones de transition.

R. D.

Source : McCauley, H.A. et al ; De-repression of the RAC activator ELMO1 in cancer stem cells drives progression of TGFb-deficient squamous cell carcinoma from transition zones; e-LIFE; 21 février 2017

Dernière mise à jour : 16-03-2017

bt je fais un don int

commande publis

Fondation ARC pour la recherche sur le cancer, reconnue d'utilité publique

  • Ce site respecte les principes de la charte HONcode de HON