Notre newsletter



Éviter le risque viral

Certains virus peuvent induire l’apparition et le développement de cancer. Se protéger de ces virus permet de réduire son risque de cancer.

Le recours aux vaccins préventifs développés contre certains virus inducteurs de tumeurs fait partie de la prévention : la vaccination contre le virus de l’hépatite B (VHB) ou celle contre les papillomavirus humains (HPV) peut réduire les risques respectifs de cancer du foie et de cancer du col de l’utérus. Lorsqu’il n’existe pas de vaccin, les mesures préventives consistent essentiellement à se prémunir contre les risques de contamination.

La vaccination contre le papillomavirus humains (HPV)

La vaccination HPV est un moyen de prévention complémentaire au suivi gynécologique pour se protéger contre les cancers du col de l’utérus induits par le HPV.

Il existe aujourd’hui en France deux vaccins HPV : le Gardasil® et le Cervarix®1. Les deux protègent contre les types de HPV les plus couramment responsables des cancers du col de l’utérus. D’autres types de HPV, moins fréquents et que ces vaccins ne ciblent pas, sont à l’origine de 30 % des cas diagnostiqués.

La vaccination est recommandée chez les filles de 11 à 14 ans. Il y a trois injections de doses vaccinales (autour de 100 € par injection, remboursés par l’Assurance maladie à hauteur de 65 %, le reste du coût étant pris en charge par l’assurance complémentaire ou la mutuelle) réparties entre 6 mois et 1 an maximum. Il est possible, selon certaines conditions, de réaliser un rattrapage de vaccination jusqu’à 19 ans. Parlez-en à votre médecin rapidement pour savoir si vous pouvez encore vous faire vacciner.

Attention : le vaccin ne dispense pas de suivi gynécologique !

30 % des cancers du col de l’utérus sont causés par des types de HPV moins fréquents sur lesquels les vaccins n’ont aucune action de protection. De plus, 4 % des cancers du col de l’utérus ne sont pas la conséquence d’une infection HPV. Le suivi gynécologique est le complément indispensable à la vaccination HPV pour se garantir contre tous les cancers du col de l’utérus.

La vaccination contre le virus de l'hépatite B (VHB)

En France, les recommandations vaccinales contre l’hépatite B ciblent principalement les personnes à risque élevé d’exposition. Dans une perspective de contrôle à plus long terme de l’hépatite B, la vaccination est aussi recommandée pour les nourrissons et les enfants et adolescents jusqu’à l’âge de 15 ans révolus. Pour en savoir plus sur les recommandations vaccinales, vous pouvez contacter Hépatites Info Service par téléphone (0 800 845 800, appel anonyme et gratuit, 7 jours sur 7, de ) ou par Internet.

(1) Une étude (ANSM-CNAM, septembre 2015) a levé des inquiétudes sur un éventuel risque lié à la vaccination anti-HPV. Sur 14 maladies surveillées, le risque se limiterait à une augmentation de 1 à 2 cas de syndrome de Guillain-Barré pour 100 000 jeunes filles vaccinées. La balance bénéfice/risque serait donc toujours en faveur de la vaccination.

Dernière mise à jour : 09-08-2016

bt je fais un don int
bt isf2016 interne
bt isf 2016 calcul interne

commande publis

Fondation ARC pour la recherche sur le cancer, reconnue d'utilité publique

  • Ce site respecte les principes de la charte HONcode de HON