Notre newsletter



Prévenir le cancer

La prévention et le dépistage ont pour objectif de réduire la fréquence ou la gravité de certains cancers, en évitant leur survenue ou en les détectant précocement. En France, plusieurs campagnes nationales de prévention ont été mises sur pied pour faire reculer la maladie.

En quoi consiste la prévention des cancers?

La prévention a pour but de réduire la survenue du cancer et ses conséquences dans la population générale. Elle s’articule autour de trois aspects :

  • La prévention primaire : elle consiste à éviter l’apparition d’un cancer chez les personnes en bonne santé, en limitant l’impact des facteurs de risque auxquels elles sont exposées. Elle vise aussi à traiter certaines pathologies prédisposant aux cancers.
  • La prévention secondaire : elle consiste à diagnostiquer le plus tôt possible une lésion précancéreuse ou un cancer débutant afin d’en limiter l’évolution et l’impact sur la santé du patient. Elle repose essentiellement sur le dépistage individuel et/ou organisé.
  • La prévention tertiaire : elle vise à réduire les conséquences de la maladie et les risques de récidives. Il ne s’agit pas des traitements anticancéreux proprement dit mais des mesures d’accompagnement et de réadaptation qui facilitent le retour à une qualité de vie acceptable.

Les principales mesures de prévention des cancers

En France, plusieurs campagnes nationales de prévention ont été mises sur pied pour faire reculer le nombre de nouveaux cas de cancers. Les efforts des pouvoirs publics en matière de prévention ont été intensifiés depuis près de 10 ans, notamment dans la lutte contre le tabagisme et contre les cancers d’origine infectieuse ou d’origine professionnelle. Parallèlement, la promotion de l’activité physique et de l’équilibre alimentaire, facteurs protecteurs de la maladie, est aussi favorisée. À l’échelle individuelle, la prévention passe par la décision personnelle de réduire ses comportements à risque, en adaptant ses habitudes de vie et en adoptant quelques bonnes résolutions : arrêter le tabac, limiter sa consommation d’alcool, manger de manière équilibrée, surveiller son poids, pratiquer régulièrement une activité physique, éviter l’exposition au soleil... Le recours aux vaccins préventifs développés contre certains virus inducteurs de tumeurs fait aussi partie de la prévention : la vaccination contre le virus de l’hépatite B (VHB) ou celle contre les papillomavirus humains (HPV) peut réduire les risques respectifs de cancer du foie et de cancer du col de l’utérus.

Ces recommandations s’articulent avec les mesures de dépistage des cancers.

Pourquoi la prévention est-elle nécéssaire ?

On estime que 40 % des cas de cancers pourraient être évités grâce à une politique de prévention et de dépistage éfficace. Ainsi, l’éviction des facteurs de risque majeurs permettrait de réduire largement les chiffres de la maladie : on peut estimer que 70 % des cancers du larynx et des voies aérodigestives supérieures (pharynx, bouche…) seraient évitables en réduisant la consommation d’alcool et de tabac, et près de 70 % des mélanomes le seraient en réduisant l’exposition au soleil.

Article réalisé avec le concours du Pr Olivier Hermine, hématologue à l'hôpital Necker, Paris.

Dernière mise à jour : 12-08-2016

bt je fais un don int
bt isf2016 interne
bt isf 2016 calcul interne

commande publis

Fondation ARC pour la recherche sur le cancer, reconnue d'utilité publique

  • Ce site respecte les principes de la charte HONcode de HON