Back to top
Intro donation

Contribuer

à la recherche sur le cancer

Contribuer à la recherche sur le cancer :
Don ponctuel
Don mensuel
Punctual donation buttons
Regular donation buttons
23 octobre 2012

Enquête : les français inquiets face au cancer

La Fondation ARC a souhaité connaître la perception des français sur la recherche contre le cancer en réalisant une enquête avec IPSOS et Logica Business Consulting. Un échantillon de 928 personnes (constituant un échantillon représentatif de la population française âgée de 18 ans et plus) ont participé à l’enquête par téléphone.

2 Français sur 3 estiment qu’il y a un risque important qu’ils aient un jour un cancer

66% considèrent qu’il y a une probabilité importante qu’ils aient un jour un cancer.

Le risque d’être un jour malade est ressenti par l’ensemble de la population, notamment par les plus jeunes (71% des moins de 25 ans) mais aussi par les plus âgés (58% des plus de 60 ans et 12% qui disent en avoir déjà eu un).

Un risque qui suscite d’autant plus de craintes que la majorité des Français estime qu’on ne guérit qu’1 cancer sur 3.

66% pensent que l’on ne guérit qu’un cancer sur trois, tandis que seulement une minorité estime qu’on soigne efficacement un cancer sur deux (13%) ou deux cancers sur trois (19%).

Ce pessimisme est majoritaire au sein de toutes les catégories de la population : chez les plus jeunes (72%) comme chez les plus âgés (68%), au sein des classes les moins favorisées (61%) comme des classes les plus aisées (64%).

Les Français placent beaucoup d’espoir dans la recherche et pensent qu’on pourra guérir 2 cancers sur 3 d’ici 2025.

Près de 9 personnes sur 10 estiment l’objectif « guérir 2 cancers sur 3 d’ici 2025 » que se sont fixés les acteurs de la recherche sur le cancer, est réaliste (86%).

Mieux, la grande majorité des Français expriment une très grande confiance dans la recherche pour trouver des remèdes aux grandes maladies du siècle : ils estiment que d’ici 20 ans on pourra même guérir le cancer (71%).

Pourtant, face à la maladie que beaucoup pensent un jour contracter, un Français sur deux estime que la recherche ne va pas vite et qu’il reste beaucoup à faire…

Sur la progression de la recherche sur le cancer, les Français se montrent partagés : 49% considèrent qu’elle va vite (contre 48% qui pensent qu’elle va lentement).

Surtout, près de 9 personnes sur 10 estiment que dans le domaine de la recherche sur le cancer, les plus grandes découvertes restent encore à réaliser (86% contre 11% qui pensent qu’elles sont derrière nous et 3% qui ne se prononcent pas).

Les progrès les plus attendus dans les 10 prochaines années ne concernent plus les traitements (seulement 37%) mais le dépistage et le diagnostic (62%) devant la prévention (38%).

…d’autant plus que pour la plupart, la crise économique va avoir un impact important sur les progrès dans la lutte contre le cancer.

77% des Français estiment que la crise aura un impact important sur les progrès de la recherche scientifique sur le cancer. Presqu’1 Français sur 4 considère même que les conséquences seront « très importantes ».


Enquête par téléphone les 12 et 13 octobre 2012 auprès d’un échantillon de 928 personnes constituant un échantillon représentatif de la population française âgée de 18 ans et plus.


Retrouvez-nous
sur les réseaux sociaux