Back to top
Intro donation

Contribuer

à la recherche sur le cancer

Contribuer à la recherche sur le cancer :
Don ponctuel
Don mensuel
Punctual donation buttons
Regular donation buttons
07 juin 2012

Réactiver le gardien du génome pour détruire les cellules cancéreuses

En réparant un suppresseur de tumeur altéré dans les cellules cancéreuses, il semble possible de parvenir à leur destruction.

Des chercheurs ont découvert une nouvelle stratégie pour détruire les cellules cancéreuses : réactiver la fonction d’une protéine qui leur fait gravement défaut.

Parmi les protéines dites « suppresseurs de tumeur », essentielles à la protection de l’organisme contre la formation de tumeurs malignes, la protéine p53 joue un rôle majeur. On la surnomme souvent « gardien du génome » car elle veille à l’intégrité du patrimoine génétique des cellules. Lorsqu’elle détecte une anomalie potentiellement cancérigène, elle empêche la cellule de se diviser jusqu’à ce que cette anomalie ait été réparée. Si les dégâts détectés sont trop importants, elle déclenche un programme aboutissant à la destruction de cette cellule.

Dans plus de la moitié des cancers, la protéine p53 n’est plus fonctionnelle. Les cellules cancéreuses peuvent alors se multiplier malgré les nombreuses anomalies que comporte leur génome.

C’est pourquoi le Dr Darren Carpizo et ses collaborateurs de l’Institut du cancer du New Jersey (Etats-Unis) ont eu l’idée de chercher à restaurer l’activité de p53 dans les cellules cancéreuses. Leurs travaux les ont conduits à identifier une molécule qui permet d’y parvenir lorsque la protéine p53 porte une mutation spécifique, la troisième mutation de p53 la plus fréquemment retrouvée dans les cellules cancéreuses.

En restaurant la fonction de p53 dans les cellules cancéreuses, la molécule identifiée par l’équipe américaine entraîne leur destruction. En revanche, elle ne semble pas affecter les cellules saines.

Ces résultats préliminaires très encourageants pourraient conduire à la mise au point d’un nouveau traitement des cancers.


E.B.

Source : X. Yu et coll., « Cancer Cell » du 25 mai 2012


Retrouvez-nous
sur les réseaux sociaux