Back to top
Intro donation

Contribuer

à la recherche sur le cancer

Contribuer à la recherche sur le cancer :
Don ponctuel
Don mensuel
Punctual donation buttons
Regular donation buttons
26 novembre 2013

Gardasil : Que faire ? Que penser ?

Vendredi 22 novembre, une jeune femme de 18 ans, Marie-Océane Bourguignon, a déposé une plainte contre Sanofi Pasteur et l’Agence nationale de sécurité du médicament et des produits de santé (ANSM). Elle accuse le vaccin Gardasil, indiqué pour prévenir les infections par le papillomavirus humain, d’avoir provoqué sa maladie du système nerveux central.

HPV et cancer

Le cancer du col de l’utérus peut apparaître dans toutes les tranches d’âge à partir de 25-30 ans. Le lien entre les infections par l’un des virus de la famille des papillomavirus humain (HPV) et le cancer du col utérin est établi depuis une trentaine d’années. Deux types de HPV sont ainsi responsables de 70 % des cas de cancers du col de l’utérus dans le monde.

Les vaccins préventifs anti-HPV

Le vaccin préventif  « anti-HPV » a été développé pour protéger les jeunes femmes, en cas d’exposition, à la majorité des virus responsables du cancer du col de l’utérus. Deux vaccins ont été développés, le Gardasil, commercialisé en France par Sanofi Pasteur et le Cervarix, commercialisé par GlaxoSmithKline. En France, cette vaccination est recommandée par les autorités de santé à toutes les jeunes filles âgées de 11 à 14 ans, afin de les protéger avant qu’elles ne soient exposées à un risque d’infection. De même, le vaccin est également proposé aux jeunes filles et femmes de 15 à 19 ans révolus (c'est-à-dire avant leur vingtième anniversaire). Le Dr Silvia Franceschi, membre du Centre international de recherche sur le cancer (CIRC) de Lyon rappelait en mai dernier que « si la vaccination était complète, 70% des cancers du col de l’utérus pourraient être évités » (Voir Le mot du chercheur : Comment prévenir le cancer du col de l'utérus).

Effets indésirables du Gardasil

Depuis le lancement du Gardasil en 2006, 136 millions de doses ont été distribuées dans le monde, dont 5 millions en France. Sur les 5 millions de doses distribuées en France, la base nationale de pharmacovigilance dénombre 435 effets indésirables graves liés au Gardasil, dont 135 cas de maladies auto-immunes. Aujourd’hui, l’ANSM n’a constaté aucun signal de sécurité concernant ce produit et rappelle que la balance bénéfices-risques est favorable.

Que faire ?

À ce jour, en l’état actuel des connaissances, la Fondation ARC suit les recommandations de la Haute Autorité de santé (HAS) qui consistent à considérer le vaccin contre le HPV comme un outil efficace de prévention du cancer du col de l’utérus. La Fondation ARC rappelle que toute décision de vaccination doit être prise en concertation avec l’entourage médical des jeunes filles.

Pour en savoir plus, consultez le site de l’ANSM.


X.B.


Retrouvez-nous
sur les réseaux sociaux