Back to top
Intro donation

Contribuer

à la recherche sur le cancer

Contribuer à la recherche sur le cancer :
Don ponctuel
Don mensuel
Punctual donation buttons
Regular donation buttons
18 décembre 2013

La situation du cancer en Europe

De plus en plus d'Européens atteints d'un cancer guérissent, selon les dernières données de l'étude EUROCARE-5.

La situation des patients atteints de cancer progresse en Europe, malgré de fortes disparités entre pays.

Tel est le principal enseignement du cinquième volet de l'étude européenne EUROCARE-5, publiée en décembre 2013 : elle concerne 29 pays européens et intègre pour la première fois des données épidémiologiques provenant de nombreux pays de l'Est (Hongrie, Bulgarie, Roumanie, pays baltes et Croatie).

L'indicateur principal de l'étude EUROCARE est le taux de survie des patients 5 ans après le diagnostic initial de cancer. En considérant l'ensemble du continent européen, les chercheurs ont établi que ce taux de survie avait progressé fortement pour des patients diagnostiqués entre 2005 et 2007 par rapport à la période 1999-2001. Les progressions les plus importantes ont été enregistrées pour les cancers du rectum, de la prostate et les lymphomes non hodgkiniens. En revanche, la situation reste difficile pour les patients atteints de cancers du poumon, de l’œsophage, du foie, du pancréas et de mésothéliome de la plèvre.

Les disparités régionales, enregistrées lors des précédentes études, persistent : le pronostic de cancer est moins bon pour les patients des pays d'Europe de l'Est par rapport à la moyenne européenne. À l'opposé, la France se distingue favorablement pour la prise en charge de plusieurs cancers, notamment le cancer du sein (86,1 % de survie à 5 ans, juste derrière l'Islande), de la prostate (88,9 %) ou encore le lymphome non hodgkinien (65,9 %). Ces différences entre pays pourraient s'expliquer principalement par des diagnostics plus tardifs, à des stades de la maladie plus avancés, et des inégalités dans l'accès aux soins.

L'étude EUROCARE-5 s'est également penchée sur la situation des enfants atteints de cancer. La survie à 5 ans atteint en moyenne 77,9 %, soit près de quatre cas sur cinq. Si le pronostic de certaines tumeurs comme les rétinoblastomes ou des lymphomes hodgkiniens n'a pas sensiblement changé ces dernières années, le taux de survie a cru fortement, de 4 à 6 % chaque année, pour les cancers hématologiques et les lymphomes non hodgkiniens.


G.F.

Source : R. De Angelis et al. Cancer survival in Europe 1999-2007 by country and age: results of EUROCARE-5 – a population-based study. The Lancet Oncology. En ligne le 5 décembre 2013.


Retrouvez-nous
sur les réseaux sociaux