Back to top
Intro donation

Contribuer

à la recherche sur le cancer

Contribuer à la recherche sur le cancer :
Don ponctuel
Don mensuel
Punctual donation buttons
Regular donation buttons
16 octobre 2013

Les chiffres des lymphomes et leucémies en France

Une étude française détaille l'incidence des hémopathies malignes, les cancers touchant les cellules sanguines, qui représentent aujourd'hui un cancer sur dix.

Une grande étude française, rassemblant le réseau Francim, le Service de biostatistique des Hospices civils de Lyon (HCL), l'Institut de veille sanitaire (InVS) et l'Institut national du cancer (INCa), dresse le tableau des hémopathies malignes (leucémies et lymphomes) en France sur la période 1980-2012. Elle détaille la situation pour 15 sous-types de cancers, qui ont tous en commun de toucher les cellules sanguines.

En 2012, 35 000 nouveaux cas d’hémopathie maligne ont été diagnostiqués en France métropolitaine, ce qui représente environ 10 % des cas de cancers. Parmi les enseignements de cette étude : les hémopathies malignes touchent plus fréquemment les hommes que les femmes  (19 400 nouveaux cas chez l’homme et 15 600 chez la femme) et surviennent majoritairement après 60 ans. Enfin, plus de deux tiers des cas sont des hémopathies lymphoïdes (lymphome de Hodgkin et lymphomes non hodgkiniens), le reste se partageant entre leucémies et syndromes myélodysplasiques, qui touchent les cellules de la moelle osseuse.

Le suivi effectué sur plus de trente ans indique que certains cancers ont vu leur incidence augmenter régulièrement pendant cette période. Le rapport indique notamment au sujet de trois sous-types (myélome multiple/plasmocytome, leucémie aiguë myéloïde et lymphome lymphocytique) que « 30 à 50 % de la hausse observée est due aux modifications démographiques intervenues entre 1980 et 2012, c’est-à-dire à l’augmentation et au vieillissement de la population tandis que 50 à 70 % sont dus à une augmentation du risque de ces maladies dont les causes sont à étudier ». Parmi les facteurs de risque envisagés par les chercheurs, on peut citer les radiations ionisantes, l'exposition aux pesticides ou encore certains virus.


G.F.

Source : A. Monnereau et al. Estimation nationale de l’incidence des cancers en France entre 1980 et 2012. Partie 2 – Hémopathies malignes. 2013. 88 p.


Retrouvez-nous
sur les réseaux sociaux