Back to top
Intro donation

Contribuer

à la recherche sur le cancer

Contribuer à la recherche sur le cancer :
Don ponctuel
Don mensuel
Punctual donation buttons
Regular donation buttons
06 mars 2013

Les femmes reprennent le travail plus tard après un cancer

Une étude française montre que le retour au travail suite à un cancer est plus rapide chez les hommes que chez les femmes.

Femmes et hommes atteints d'un cancer sont-ils égaux devant le retour à l'emploi ? Pour le savoir, une équipe marseillaise de l'Inserm a suivi 1 006 patients actifs pendant les deux années suivant le diagnostic de leur cancer pour comprendre les facteurs qui favorisent ou freinent la reprise d'une activité.

Conclusion : les femmes reprennent le travail plus tardivement que les hommes, sans doute pour des raisons financières.

Environ une personne interrogée sur cinq n'a jamais cessé le travail au cours de son traitement : cela concerne principalement des hommes, travailleurs indépendants et présentant un cancer de bon pronostic. Pour ceux qui ont été en arrêt maladie, les chercheurs français ont identifié plusieurs facteurs associés à un arrêt prolongé : la sévérité du cancer et les effets indésirables des traitements, bien entendu, mais également le fait de détenir un contrat de travail stable ou encore d'avoir un faible niveau de qualification (sans doute lié à des emplois plus pénibles). Au-delà de ces facteurs, des différences dans la dynamique de retour à l'emploi apparaissent entre les sexes. Ainsi, six mois après le diagnostic, plus d'un homme sur trois a repris le travail contre moins d'une femme sur quatre. Cette différence pourrait être expliquée par les salaires en moyenne plus faibles des femmes : la perte financière associée à un arrêt maladie serait dans ce cas plus faible, ce qui les inciterait moins à retourner au travail rapidement.

La Fondation ARC a lancé en 2012, aux côtés de l'Institut national du cancer (INCa), un nouvel appel à projets sur le thème « Cancer : Maintien dans l’emploi et retour au travail » pour mieux cerner la problématique de la réintégration professionnelle des personnes atteintes de cancer. Trois projets seront ainsi financés pour une durée de deux ou trois ans, à hauteur de 240 000 €.


G.F.

Source : P. Marino et al. Sex differences in the return-to-work process of cancer survivors 2 years after diagnosis: results from a large French population-based sample. Journal of Clinical Oncology. En ligne le 28 janvier 2013.


Retrouvez-nous
sur les réseaux sociaux