Back to top
Intro donation

Contribuer

à la recherche sur le cancer

Contribuer à la recherche sur le cancer :
Don ponctuel
Don mensuel
Punctual donation buttons
regular_donation
19 novembre 2014

Myélome multiple : du progrès dans la prise en charge des nausées chimio-induites

Le traitement du myélome multiple nécessite fréquemment une chimiothérapie aux effets secondaires lourds. Un essai de phase III semble indiquer que l’aprépitant (Emend®), associé au traitement de référence, aiderait à réduire nausées et vomissements.

Le myélome multiple est un cancer des cellules sanguines qui touche majoritairement les personnes âgées de plus de soixante ans.

Contre ce cancer, la chimiothérapie est la principale option thérapeutique. Lorsque cela est possible, une chimiothérapie à haute dose est prescrite. Dans ce cas, la prise en charge des effets secondaires est alors une priorité pour aider à supporter le traitement. Les résultats d’un essai de phase III mené à Heidelberg (Allemagne) ont mis en évidence l’efficacité d’une association de deux traitements dans l’amélioration de la qualité de vie des patients.

La chimiothérapie à haute dose est toxique pour l’ensemble des cellules sanguines qui se multiplient rapidement. Lorsqu’elle est préconisée, un prélèvement de cellules souches sanguines du patient est réalisé avant le traitement de manière à les sauvegarder. Elles sont ensuite réinjectées pour reconstituer les stocks de cellules sanguines. Cette autogreffe de cellules souches permet donc d’administrer la chimiothérapie intensive sans compromettre le système sanguin et immunitaire du patient. Les nausées et vomissements, dont l’intensité est liée à celle de la chimiothérapie, sont  actuellement pris en charge grâce au granisétron.

L’essai a comparé l’efficacité du granisétron associé à un placébo et celle du granisétron associé à l’aprépitant. Grâce à l’association de ces molécules, 58 % des patients n’ont pas eu de nausées ou de vomissements durant les cinq jours qui ont suivi l’administration de la chimiothérapie (melphalan), contre seulement 41 % avec le granisétron seul. De manière plus globale, l’évaluation de la qualité de vie révélait un progrès significatif grâce à l’aprépitant. Des résultats positifs qui mènent les auteurs de l’étude à recommander cette prescription pour les patients qui reçoivent cette chimiothérapie intensive.


R.D.

Source : Schmitt, T. et al ; Aprepitant, Granisetron, and Dexamethasone for Prevention of Chemotherapy-Induced Nausea and Vomiting After High-Dose Melphalan in Autologous Transplantation for Multiple Myeloma: Results of a Randomized, Placebo-Controlled Phase III Trial; Journal of clinical oncology; Octobre 2014


Retrouvez-nous
sur les réseaux sociaux