Back to top
Intro donation

Contribuer

à la recherche sur le cancer

Contribuer à la recherche sur le cancer :
Don ponctuel
Don mensuel
Punctual donation buttons
regular_donation
13 avril 2015

Ostéosarcome : aux origines des cellules souches cancéreuses

L’ostéosarcome est un cancer rare qui touche les adultes comme les enfants ou les adolescents. Un pas vient d’être franchi dans la compréhension de ce cancer dont les origines étaient encore peu claires.

Les ostéosarcomes sont les tumeurs osseuses les plus fréquentes chez l’enfant. Si les traitements ont évolué durant les dernières décennies, les problèmes de récidive ou de résistance aux traitements restent importants et font de ces cancers des maladies souvent délicates à prendre en charge.

Mises en causes dans le cas des ostéosarcomes comme dans d’autres cancers, des cellules souches cancéreuses pourraient être à l’origine de cette régénération des tumeurs, y compris sous la pression des différentes thérapies. Une équipe new-yorkaise s’est employée à décrypter les multiples interactions moléculaires qui permettent à ces cellules de garder, entre autres, leur capacité de prolifération. Des pistes thérapeutiques émergent.

Comme souvent en biologie, lorsqu’une situation s’éclaircie, c’est souvent grâce à la réunion de différents protagonistes que l’on connaissait déjà partiellement par ailleurs. Dans le cas précis, les chercheurs new-yorkais sont parvenus à faire le rapport entre plusieurs protéines dont les liens avec les cancers avaient déjà été établis, parfois même avec les ostéosarcomes.

Présentation des personnages : la protéine HIPPO est impliquée dans le contrôle de la croissance des organes, son expression limite la prolifération des cellules et elle assume donc généralement un rôle anti-tumoral. La seconde protéine, YAP, permet l’expression de gènes qui stimulent la prolifération des cellules, il s’agit donc d’une protéine dite oncogène. Enfin, SOX2 est associée au maintien des stocks de cellules souches, chez l’embryon comme chez l’adulte. Dans le cadre des ostéosarcomes, son activité a déjà été reliée à la présence de cellules souches cancéreuses.

Dans cette dernière étude, les chercheurs ont montré que SOX2 inhibe l’activité de HIPPO, laissant ainsi le champ libre à YAP qui stimule alors la prolifération des cellules souches cancéreuses. L’édifice moléculaire étant décrit, il est désormais possible d’envisager une intervention pour en ôter la clé de voûte. En l’occurrence la vertéporfine, une molécule qui interfère avec YAP, pourrait être exploitée dans ces tumeurs et les chercheurs envisagent la possibilité de développer des molécules capables de bloquer SOX2 et ainsi de libérer l’activité de HIPPO. Les perspectives sont importantes puisque la protéine SOX2 est impliquée dans d’autres cancers, dont le glioblastome, un type agressif de cancer du cerveau.


R.D.

Source : Basu-Roy, U. et al ; Sox2 antagonizes the Hippo pathway to maintain stemness in cancer cells; Nature Communications; 2 avril 2015


Retrouvez-nous
sur les réseaux sociaux