Back to top
Intro donation

Contribuer

à la recherche sur le cancer

Contribuer à la recherche sur le cancer :
Don ponctuel
Don mensuel
Punctual donation buttons
Regular donation buttons
30 octobre 2017

Cancers pédiatriques : ouvrir une voie pour l'immunothérapie

Des travaux récents ouvrent une voie importante pour envisager le développement d'immunothérapies spécifiques pour les enfants atteints de cancers.

Si les immunothérapies prouvent leur efficacité chez un nombre toujours croissant d'adultes atteints de cancers avancés, peu d'essais cliniques permettent d'intégrer ces nouveaux traitements dans la prise en charge des enfants. Une étude, réalisée dans le cadre d'un vaste projet d'exploration génétique des cancers pédiatriques, a permis à des chercheurs américains d’identifier certaines anomalies qui pourraient bien constituer des cibles pour le système immunitaire des jeunes patients. Explications.

Pour que le système immunitaire s'attaque à la tumeur, il doit être « éduqué » en ce sens : certains globules blancs, les lymphocytes T, qui sont capables de reconnaître des caractéristiques propres aux cellules tumorales, sont sélectionnés puis stimulés pour coordonner l'action anti-tumorale. Cette sélection repose, en particulier, sur la correspondance entre une protéine présente à la surface du lymphocyte T (le « récepteur T ») et une partie de la cellule cancéreuse appelée épitope, elle aussi exposée sur la surface cellulaire. Quand le récepteur T d’un lymphocyte rencontre la cible qu’il est capable de reconnaitre, le contact avec la cellule porteuse de cet épitope déclenche une cascade de réactions qui va activer le lymphocyte en question et permettre, entre autre, sa multiplication et sa maturation en cellule immunitaire active.

La question que se posent alors les chercheurs est relativement simple : quelles sont les caractéristiques moléculaires des cellules cancéreuses qui sont à l’origine des épitopes les plus efficaces pour stimuler nos défenses ?

Pour trouver des réponses, les chercheurs se sont appuyés sur des algorithmes capables de prédire, à partir de données génétiques, la nature d’un épitope et son efficacité. En passant au crible le génome des tumeurs de 540 enfants (représentant 23 types de cancers différents), ils ont montré que des épitopes associés à certaines anomalies étaient fréquemment retrouvés chez les patients. Globalement, 88 % des cas de leucémies, 78 % des tumeurs du système nerveux central et 90 % des tumeurs solides en général présentaient au moins un épitope prédit par leur approche.

Les résultats publiés par les chercheurs américains montrent que les cancers qui se développent chez les enfants sont susceptibles, au même titre que ceux qui surviennent chez les adultes, d’être reconnus par les défenses immunitaires. À terme, les chercheurs estiment que certaines caractéristiques moléculaires pourraient ainsi être utilisées à des fins de vaccination thérapeutique.


R. D.

Source : Chang, T.C. et al ; The neoepitope landscape in pediatric cancers ; Genome Medicine ; Octobre 2017


Retrouvez-nous
sur les réseaux sociaux