Back to top
Intro donation

Contribuer

à la recherche sur le cancer

Contribuer à la recherche sur le cancer :
Don ponctuel
Don mensuel
Punctual donation buttons
Regular donation buttons
03 avril 2019

Des vaisseaux sanguins adaptés pour un système immunitaire opérationnel

Non, les vaisseaux sanguins ne sont pas de simples tuyaux dans lequel notre sang circule : leur rôle, leur structure ou leur composition varient en fonction de très nombreux facteurs. Une équipe toulousaine, soutenue par la Fondation ARC, s’intéresse à des vaisseaux qui permettent le transfert de lymphocytes dans différentes zones d’intérêt comme les ganglions lymphatiques ou les tumeurs. Leurs derniers travaux constituent une véritable plongée au cœur de ces vaisseaux et font la lumière sur des mécanismes moléculaires qui sous-tendent leurs caractéristiques fonctionnelles.

Les vaisseaux sanguins qui irriguent l’ensemble de notre organisme sont très différents les uns des autres : tantôt hermétiques lorsqu’il s’agit d’empêcher d’éventuelles incursions de toxines ou de pathogènes dans le cerveau, ou au contraire très perméables dans les zones inflammées où les tissus doivent bénéficier de l’action de nombreux éléments transportés dans le sang. Depuis plus de vingt ans, Jean-Philippe Girard s’intéresse à une catégorie de vaisseaux bien particuliers, dits « HEV » (pour high endothelial venules), qui semblent spécialisés dans l’exfiltration de lymphocytes. Initialement décrits dans les ganglions lymphatiques où les lymphocytes circulent massivement, des observations ont ensuite permis d’affirmer que de tels vaisseaux étaient aussi présents dans certaines tumeurs. Trouver les moyens d’exploiter au mieux cette présence, quitte à la « provoquer », est rapidement devenu un objectif pour les chercheurs de l’équipe toulousaine.

Leurs travaux, publiés dernièrement dans la revue Cell Reports, permettent de faire la lumière sur la grande diversité des vaisseaux HEV. Le défi était important : les chercheurs savent que ces vaisseaux sont relativement rares et que leur nature changeante les rend difficiles à étudier. Pour s’affranchir de ces limites, l’équipe toulousaine a tout d’abord isolé les vaisseaux HEV provenant de ganglions de souris soumises, ou non, à une inflammation locale ou à une stimulation immunitaire. Les chercheurs ont ensuite analysé, dans chacune des cellules qui forment ces vaisseaux, les niveaux d’expression de certains gènes impliqués dans l’exfiltration des lymphocytes.

Les résultats obtenus révèlent la grande hétérogénéité des cellules des vaisseaux HEV. Selon les chercheurs, l’expression des gènes qui permettent aux lymphocytes de pénétrer dans les tissus varierait fortement d’une cellule à l’autre. Cette expression serait influencée par des signaux provenant du microenvironnement immédiat et notamment des stimulations émises par des cellules immunitaires qui jouent un rôle d’alerte. Cette incursion au cœur des vaisseaux HEV a donc permis de révéler la très grande finesse des mécanismes qui régulent leur fonctionnement, mais aussi, très concrètement, d’identifier les voies moléculaires qui sont activées et dans quelles conditions elles le sont. Ces nouvelles connaissances ouvrent des perspectives passionnantes pour mieux appréhender l’intervention du système immunitaire dans le contexte tumoral.

 


R.D.

Source : Veerman, K. et al; Single-Cell Analysis Reveals Heterogeneity of High Endothelial Venules and Different Regulation of Genes Controlling Lymphocyte Entry to Lymph Nodes; Cell Reports; 12 mars 2019


Contenus en lien avec cet article

Retrouvez-nous
sur les réseaux sociaux