Back to top
Intro donation

Contribuer

à la recherche sur le cancer

Contribuer à la recherche sur le cancer :
Don ponctuel
Don mensuel
Punctual donation buttons
Regular donation buttons
09 janvier 2020

Cancer gastrique : comment l’infection par Helicobacter pylori pèse sur l’estomac

En explorant les mécanismes impliqués dans le développement d’un cancer gastrique lié à l’infection par la bactérie Helicobacter pylori, des chercheurs français, mexicains et italiens ont identifié un potentiel marqueur de susceptibilité à ce cancer.

A l’échelle mondiale et avec 800 000 décès estimés chaque année, les cancers de l’estomac sont la troisième cause de décès par cancer. Dans 90 % des cas, ils sont liés à une infection par la bactérie Helicobacter pylori, qui peuple l’estomac de près d’une personne sur deux dans le monde (15 à 30 % en France). Si l’infection bactérienne est clairement liée au développement des cancers de l’estomac, 90 % des cas sont associés à cette infection, elle n’en est pas une cause systématique : près d’une personne sur deux est infectée dans le monde, 15 à 30 % en France ! En étudiant plus précisément les mécanismes moléculaires qui, dans les cellules, font suite à l’infection par Helicobacter pylori, les chercheurs sont parvenus à identifier un facteur clé dans la transformation cancéreuse.

On savait déjà que les bactéries ont un effet sur la stabilité du génome des cellules infectées, impliquant les protéines p53 et USF1. La première, surnommée la gardienne du génome, interrompt le cycle de division de la cellule lorsque les altérations de l’ADN s’accumulent, et donne ainsi du temps aux mécanismes de réparation pour intervenir. La protéine USF1, quant à elle, favorise l’action de p53 en se liant à elle dans le noyau des cellules, où est stocké l’ADN. Grâce à des études menées in vitro et in vivo, les chercheurs ont montré que l’infection bactérienne a non seulement pour effet de réduire la quantité de protéine USF1 dans les cellules mais aussi de délocaliser cette protéine hors du noyau, dans un compartiment cellulaire où elle ne peut plus se rendre utile à p53, qui perd de son efficacité.

Parallèlement à ces éléments, d’autres observations ont permis de confirmer le rôle crucial de ces protéines et notamment d’USF1 : de faibles niveaux d’expression d’USF1 étaient associés à une plus grande efficacité du développement cancéreux lié à l’infection par Helicobacter pylori et, chez les patients atteints d’un cancer gastrique, à un plus mauvais pronostic. Selon les auteurs, la protéine USF1 pourrait donc être à la fois un biomarqueur de susceptibilité au cancer de l’estomac, un biomarqueur pronostic et une cible thérapeutique.


R.D.

Source : Costa, L. et al; USF1 defect drives p53 degradation during Helicobacter pylori infection and accelerates gastric carcinogenesis; Gut; 10 décembre 2019


Retrouvez-nous
sur les réseaux sociaux