Back to top
Intro donation

Contribuer

à la recherche sur le cancer

Contribuer à la recherche sur le cancer :
Don ponctuel
Don mensuel
Punctual donation buttons
Regular donation buttons
09 avril 2020

Cancer du sein : vers une exploration approfondie des ganglions

L’importance du microenvironnement tumoral ne se limite pas au contexte de la tumeur primaire. Des données récentes montrent que le rôle des fibroblastes associés au cancer est crucial dans les ganglions lymphatiques qui drainent les tumeurs mammaires.

Les données s’accumulent de façon toujours plus évidentes : les CAF (pour cancer associated fibroblasts) sont des partenaires majeurs des cellules cancéreuses dans les tumeurs solides. Qu’il s’agisse de l’initiation des transformations cancéreuses ou de mécanismes de résistance à de multiples traitements, ces cellules qui assument en temps normal des fonctions dans l’organisation structurale et fonctionnelle des tissus, mettent à disposition du cancer leurs multiples compétences. Des travaux soutenus par la Fondation ARC, menés dans l’équipe de Fatima Mechta-Grigoriou (Institut Curie, Paris) s’attachent depuis de nombreuses années à décrire l’action des CAF dans les cancers du sein.

Dans une publication récente, Floriane Pelon décrit les résultats qu’elle a obtenus en quittant le strict contexte de la tumeur primaire du sein : les fibroblastes jouent-ils aussi un rôle dans les ganglions lymphatiques qui drainent ces tumeurs ? L’analyse de ces ganglions fait partie de l’exploration diagnostique standard depuis de nombreuses années, leur invasion par des cellules cancéreuses étant l’une des premières étapes de la dissémination tumorale. Dans ce nouveau tissu, bien différent de la glande mammaire, la chercheuse est parvenue à caractériser de nombreux CAF, comme cela avait été fait dans les tumeurs mammaires. Des données, qui n’étaient encore que superficielles, sont aujourd'hui largement précisées et offrent de nouveaux éléments majeurs pour comprendre les processus de la dissémination tumorale.

Dans les échantillons provenant de patientes dont les cancers du sein se sont déjà étendus aux ganglions, l’équipe parisienne a identifié plusieurs populations de CAF, correspondant à celles qui avaient été définies dans les tumeurs primaires. Parmi elles, cependant, les populations de CAF-S1 et CAF-S4 se sont avérées bien les plus abondantes dans les ganglions touchés. Leur action ? Les caractéristiques moléculaires – distinctes – de ces deux populations de fibroblastes, révèlent des influences complémentaires sur les cellules cancéreuses parvenues jusqu'aux ganglions. Les CAF-S1 ont une capacité plus marquée que les CAF-S4 à attirer les cellules cancéreuses. Elles favorisent en outre plus efficacement la prolifération de celles-ci. Les CAF-S4, en revanche, disposent apparemment de meilleurs outils pour stimuler la mobilité des cellules cancéreuses dans les trois dimensions et, de ce fait, leur capacité invasive. Au-delà de ces observations, les chercheurs ont aussi détaillé les modes de communication entre les différentes populations de cellules. Autant de signaux moléculaires qui s’ajoutent au tableau et contribuent à approfondir notre compréhension des mécanismes qui se jouent à des étapes cruciales du développement des cancers du sein.


R. D.

Source : Pelon, F. et al; Cancer-associated fibroblast heterogeneity in axillary lymph nodes drives metastases in breast cancer through complementary mechanisms.; Nature communications; Publié en ligne le 21 janvier 2020


Contenus en lien avec cet article

Retrouvez-nous
sur les réseaux sociaux