Back to top
Intro donation

Contribuer

à la recherche sur le cancer

Contribuer à la recherche sur le cancer :
Don ponctuel
Don mensuel
Punctual donation buttons
Regular donation buttons
16 septembre 2020

Cancers du poumon, l’opération plus efficace grâce à un colorant inhalé

Le marquage des tissus pulmonaires par inhalation d’un colorant visible en fluorescence permet de mieux visualiser les marges de la tumeur et donc d’améliorer le geste chirurgical.

Les cancers du poumon sont responsables de plus de 33 000 décès chaque année en France. Pour les patients dont le diagnostic est suffisamment précoce, une opération est possible et représente aujourd'hui la meilleure chance de guérison. Pour autant, cette opération n’est pas simple et les rechutes restent fréquentes. Afin d’améliorer son efficacité, un axe de progrès repose sur la meilleure définition des limites de la tumeur et des marges de sécurité qu’il est nécessaire de considérer si l’on veut s’assurer de l’ablation la plus complète des cellules cancéreuses. Dans ce contexte, des travaux ont été menés par une équipe coréenne, qui a utilisé un colorant qui émet une lumière proche de l’infrarouge dans les tissus qu’il a pénétré lorsqu'il est exposé à un rayonnement infrarouge.

Le vert d’indocyanine diffuse dans le sang ou la lymphe, selon le mode d’injection choisi, et permet ainsi de mettre en lumière, à proprement parler, l’irrigation des tissus. Cette capacité justifie déjà son usage dans différents contextes opératoires en oncologie, comme par exemple dans certaines opérations de cancers du foie ou de chirurgies mammaires (recherche et ablation du ganglion sentinelle, certains protocoles de reconstruction…). Des études récentes ont enfin rapporté que le colorant pourrait être utile pour mieux repérer les tumeurs pulmonaires suite à une injection intraveineuse. Les travaux publiés par l’équipe coréenne dans le Journal of American Medical Association – surgery proposent une autre technique, dont les résultats sont convaincants : l’inhalation.

Les expériences réalisées in vivo, puis auprès de 6 patients, ont révélé que l’inhalation du produit était deux fois plus efficace que son injection pour détecter les marges des tumeurs au cours de l’opération, à une concentration vingt fois moindre et sans devoir intervenir 4 à 24 heures avant l’opération pour réaliser l’injection du produit. Quelques minutes après l’inhalation, la distribution du colorant était relativement homogène dans les tissus sains, mais absente de la tumeur. Des essais de plus grande ampleur devront être menés pour évaluer plus en détail cette approche et, notamment, préciser son intérêt lorsque d’autres pathologies pulmonaires sont présentes et peuvent interférer avec le marquage.


R. D.

Source : Quan, Y.H. et al; Evaluation of Intraoperative Near-Infrared Fluorescence Visualization of the Lung Tumor Margin With Indocyanine Green Inhalation; JAMA Surgery; 24 juin 2020


Retrouvez-nous
sur les réseaux sociaux