Back to top
Intro donation

Contribuer

à la recherche sur le cancer

Contribuer à la recherche sur le cancer :
Don ponctuel
Don mensuel
Punctual donation buttons
Regular donation buttons
03 juillet 2020

Gliome de bas grade : bons débuts pour une bi-thérapie chez les enfants

Les résultats d’un essai de phase précoce posent les bases d’une possible utilisation de deux thérapies ciblées combinées contre certaines des tumeurs cérébrales les plus fréquentes chez les enfants.

Les gliomes de bas grade sont les tumeurs cérébrales les plus fréquentes chez les enfants. Leur prise en charge repose classiquement sur une chirurgie, qui ne peut pas toujours être complète. Pour éliminer les cellules cancéreuses qui n’auraient pas été retirées, des traitements complémentaires sont nécessaires : la radiothérapie est le plus souvent évitée en raison d’effets secondaires importantes dues à l’irradiation du cerveau et les enfants reçoivent donc généralement une chimiothérapie pendant un an environ. Aujourd’hui, d’autres approches se dessinent pour les 10 à 20 % d’enfants dont le gliome porte une mutation donnée.

La mutation en question, qui active anormalement la protéine BRAF (la mutation « V600 »), est identifiée depuis plus de 20 ans comme étant un moteur important de la croissance de différents cancers. Elle a ouvert la voie à de multiples développements thérapeutiques : des molécules inhibitrices de la protéine BRAF ont été mises au point (dont le dabrafenib) et d’autres sont venues en complément, comme le tramétinib, pour bloquer MEK, une protéine non mutée mais activée par BRAF. Dès 2015, alors que des résultats positifs validaient l’usage combiné du dabrafenib et du trametinib face à certains mélanomes et cancers du poumon, des essais ont été initiés chez les enfants, dans 16 centres à travers cinq pays. 36 jeunes patients ont ainsi été inclus dans un essai de phase I/IIa afin de mesurer la tolérance et la sécurité de cette bi-thérapie. Tous avaient été diagnostiqués plusieurs années plus tôt et avaient reçu une chimiothérapie. Les deux thérapies orales ont été dosées en fonction de l’âge (plus ou moins de 12 ans) et ont été prises quotidiennement pendant 14 mois (donnée médiane). Selon les informations transmises début juin au congrès de l’ASCO, 26 enfants sont encore sous traitement, certains l’étant depuis plus de 40 mois.

Leur suivi a permis d’établir la très bonne tolérabilité du traitement, les effets secondaires étant en général de bas grade et tout à fait gérables (fièvre, peau sèche ou éruption cutanée). En outre, ces premiers résultats présagent aussi d’une efficacité intéressante : à l’analyse des résultats, le taux de contrôle de la maladie, c’est-à-dire la stabilité ou la régression des lésions à l’imagerie, était de 89 %.


R. D.

Source : Communiqué de presse ; Cancers pédiatriques: premiers réusltats encourageants d’une bi-thérapie dans le traitement des certains gliomes de bas grade ; Gustave Roussy.


Retrouvez-nous
sur les réseaux sociaux