Back to top
Intro donation

Contribuer

à la recherche sur le cancer

Contribuer à la recherche sur le cancer :

Contribuer à la recherche sur le cancer :

Don ponctuel
Don mensuel
Punctual donation buttons
regular_donation
03 août 2022

Leucémie aigüe myéloïde : une piste contre les cellules souches cancéreuses

L’identification d’une nouvelle cible a permis à des chercheurs anglais de faire reculer la prolifération de cellules leucémiques et, surtout, de s’attaquer aux cellules souches cancéreuses, responsables des fréquentes récidives de ces cancers.

Les leucémies aigues myéloïdes sont des cancers qui se développent à partir de cellules progénitrices du sang, c’est-à-dire des cellules souches qui, lorsqu’elles se différencient, donnent naissance à certains types de globules blancs. Ces leucémies, agressives, récidivent souvent, à cause de populations de cellules cancéreuses qualifiées de cellules souches cancéreuses : elles résistent aux traitements courants grâce à leur état de quiescence mais sont suffisamment « plastiques » pour se réactiver et proliférer rapidement dans certaines conditions.

Face à ces cancers agressifs, identifier les leviers qui permettraient de cibler ces populations de cellules souches cancéreuses tout en préservant les cellules souches saines est un défi majeur, qu’une équipe londonienne a relevé. Leur travail s’est focalisé sur des mécanismes qui, au sein des cellules, organisent la destruction des protéines qui doivent l’être. Des travaux précédents les avaient ainsi notamment menés sur la piste de la protéine CKS1, impliquée dans ces nombreux et complexes mécanismes et dont l’inhibition a déjà montré des résultats intéressants sur des cellules cancéreuses in vitro.

Dans l’étude publiée par la revue Science Translational Medicine, les chercheurs ont comparé la sensibilité à l’inhibition de la protéine CKS1 de cellules cancéreuses prélevées chez des patients à celle de cellules hématopoïétiques saines. Dans les cellules cancéreuses, y compris dans les populations souches, l’inhibition de CKS1 a induit une accumulation de molécules réactives toxiques, menant les cellules à la mort. Dans le contexte non leucémique, au contraire, le blocage de CKS1 a provoqué un « renforcement » de la quiescence des populations de cellules souches… Une aubaine ! Quand les chercheurs ont essayé de combiner la chimiothérapie à l’inhibiteur, celui-ci permettait de protéger les cellules souches saines des effets néfastes de la chimiothérapie, alors qu’il faisait s’effondrer les cellules cancéreuses, y compris les populations souches. Dans le modèle expérimental utilisé, le double traitement permettait d’allonger considérablement la survie. Reste maintenant à sortir de ce contexte expérimental, pour savoir si l’approche reste intéressante chez les patients.


R.D.

Source : Grey, W. et al ; CKS1 inhibition depletes leukemic stem cells and protects healthy hematopoietic stem cells in acute myeloid leukemia; Science translational medicine; 22 juin 2022