Back to top
Intro donation

Contribuer

à la recherche sur le cancer

Contribuer à la recherche sur le cancer :

Contribuer à la recherche sur le cancer :

Don ponctuel
Don mensuel
Punctual donation buttons
regular_donation
16 novembre 2022

Neuroblastome : grand recensement du microenvironnement tumoral

Des chercheurs, soutenus par la Fondation ARC, ont entrepris une exploration du microenvironnement tumoral de neuroblastomes. Leurs résultats révèlent qu’un contexte immunosuppresseur s’établit dans ces tumeurs, sous l’intervention de nombreux acteurs.

Les neuroblastomes sont des tumeurs du système nerveux autonome* qui se développent dans 90% des cas avant 5 ans. La sévérité de ces cancers est très variable : certaines formes régressent spontanément, d’autres nécessitent des traitements lourds dont l’effet n’est, malheureusement, pas toujours suffisant.  Pour mieux comprendre ces cancers et envisager de nouvelles pistes thérapeutiques, un consortium de huit équipes s’est constitué en 2017, avec le soutien de la Fondation ARC (voir ci-contre). Un article publié récemment rapporte une partie de leurs travaux, portant sur l’exploration du microenvironnement tumoral et, plus précisément, sur la caractérisation du système immunitaire qui y évolue.

Pour mener à bien leurs travaux, les chercheurs se sont appuyés sur une analyse approfondie des gènes qui sont exprimés dans les cellules (une à une !) du microenvironnement tumoral provenant d’un modèle expérimental de neuroblastome mais aussi issu de biopsies réalisées chez des patients.

Leurs résultats permettent de décrire un « paysage » de l’immunosuppression qui prévaut dans ces tumeurs. Parmi les éléments de ce paysage, les cellules immunitaires réactives face à la tumeur (les lymphocytes T) sont très clairsemées. A l’inverse, plusieurs populations de macrophages ont été identifiées, ainsi qu’une population encore mal définie mais dont les propriétés tendent à limiter les réactions de défense immunitaire. Des cellules qui ne font pas partie du système immunitaire font aussi partie du paysage décrit par les chercheurs : des fibroblastes**, dont certains types ont par ailleurs été décrits dans d’autres contextes par une équipe ayant collaboré à la présente étude, semblent aussi participer à la mise en place de l’état immunosuppresseur local.

Dans leur ensemble, ces résultats permettent d’envisager des pistes de réflexion et d’action pour intervenir sur cet état d’immunosuppression et, peut-être, disposer de nouveaux outils pour lutter contre ces cancers souvent difficiles à traiter.

 


*Le système nerveux autonome est responsable du déclenchement des actions automatiques du corps, comme la respiration, la digestion, le fonctionnement cardiaque ou la sudation.
** Les fibroblastes sont des cellules de structure et nourricières présentes dans tous les tissus solides de l’organisme. 

 


R.D.


Source : Costa, A. et al ; Single-cell transcriptomics reveals shared immunosuppressive landscapes of mouse and human neuroblastoma; Journal for Immunotherapy of Cancer; Aout 2022