Back to top
Intro donation

Contribuer

à la recherche sur le cancer

Contribuer à la recherche sur le cancer :
Don ponctuel
Don mensuel
Punctual donation buttons
Regular donation buttons
11 février 2019

Antiangiogéniques : identification d’une nouvelle cible thérapeutique

Les antiangiogéniques sont des médicaments qui permettent de contrôler le développement anormal de vaisseaux sanguins au sein des tumeurs. Après les premiers résultats cliniques obtenus dans les années 90, ces médicaments ont progressivement pris leur place dans l’arsenal thérapeutique des oncologues, souvent en complément d’autres approches. Des résultats récents ouvrent une piste pour envisager la mise au point de nouvelles molécules capables d’agir sur ce phénomène crucial du développement tumoral.

La très grande majorité des antiangiogéniques sont des médicaments qui bloquent l’activité de protéines capables de stimuler la croissance des vaisseaux sanguins. Mais notre réseau vasculaire est extrêmement adaptable et évolue constamment dans notre organisme. Tout l’enjeu de ces approches est donc de parvenir à bloquer des mécanismes angiogéniques qui soient propres au contexte tumoral, sans perturber le développement des vaisseaux sanguins des tissus sains. Pour y parvenir, des chercheurs suisses et néerlandais ont mené une étude génétique comparative entre des cellules endothéliales (qui constituent les vaisseaux sanguins) provenant de tissus sains ou de tissus cancéreux.

Leurs résultats, obtenus dans un premier temps sur des échantillons de tumeurs colorectales et rénales, puis confirmés dans un total de 11 localisations cancéreuses, ont montré que la protéine INSR-A était massivement exprimée par les cellules de la paroi des vaisseaux sanguins qui s’étaient développés dans la tumeur, alors qu’elle était presque absente des vaisseaux présents dans les tissus sains. Grâce à plusieurs approches complémentaires, les chercheurs ont réussi à bloquer l’expression ou l’action de cette protéine et, ainsi, à montrer son implication dans le développement vasculaire tumoral.

De façon intéressante, le niveau d’expression du récepteur INSR-A était corrélé, d’après les résultats des chercheurs, à l’agressivité des tumeurs et au risque de récidive dans une série de 226 patients atteints de cancers colorectaux. Enfin, les auteurs de l’étude ont rappelé l’absence d’outils moléculaires pour agir, chez les patients, de façon spécifique sur le récepteur INSR-A. Aux vues des résultats obtenus dans cette étude, il est probable que ce manque soit comblé dans un avenir proche, ouvrant la voie à de futures études cliniques.


R. D.

Source : Nowak-Sliwinska, P. et al; Oncofoetal insulin receptor isoform A marks the tumour endothelium; an underestimated pathway during tumour angiogenesis and angiostatic treatment; British Journal of Cancer; Janvier 2019


Contenus en lien avec cet article

Retrouvez-nous
sur les réseaux sociaux