Back to top
Intro donation

Contribuer

à la recherche sur le cancer

Contribuer à la recherche sur le cancer :
Don ponctuel
Don mensuel
Punctual donation buttons
Regular donation buttons

Cancers de la vessie : et si on leur coupait les vivres ?

Une étude américaine a récemment montré qu’il était envisageable de lutter contre de très nombreux cancers de la vessie en les privant d’arginine, un aliment qui leur est indispensable.

On estime que plus de 12 000 nouveaux cas de cancers de la vessie ont été diagnostiqués en 2015, en France.

Cette même année, près de 5 000 personnes seraient décédées à cause de ces cancers. Si les options thérapeutiques sont multiples, elles ne sont manifestement pas encore suffisantes et de nouvelles stratégies doivent être élaborées. Des chercheurs californiens pourraient avoir mis le doigt sur une option prometteuse.

L’idée fondatrice repose sur le fait que de nombreuses cellules cancéreuses (dans différents types de cancers) ne parviennent plus à produire l’arginine, une petite molécule nécessaire à la fabrication des protéines. Dès lors, ces cellules doivent impérativement trouver cette molécule dans leur environnement pour continuer à croître et se multiplier. Pour ces cellules cancéreuses dépendantes, l’action d’une enzyme qui détruit la précieuse arginine représente un levier que l’on envisage déjà d’activer, dans les cancers hépatiques par exemple. Première étape de l’étude californienne : les cellules des cancers de la vessie sont-elles, elles-aussi, incapables de produire leur propre arginine ? D’après les travaux réalisés sur des échantillons provenant de plus de 250 patients, il semblerait que cela soit avéré dans les formes majoritaires, qui représentent environ 90 % des cas.

Les résultats ensuite obtenus, in vitro comme in vivo, ont clairement montré que l’ADI-PEG 20, la formulation commerciale de l’enzyme qui détruit l’arginine, permettait de stopper la croissance tumorale, uniquement dans les cellules cancéreuses incapables de produire leur propre arginine. Pour les autres (rares), comme pour les cellules saines, l’effet de l’enzyme n’était pas sensible, laissant présager d’une action spécifique de cette approche anticancéreuse.


R. D.

Source : Sahu, D. et al ; Argininosuccinate Synthetase 1 Loss in Invasive Bladder Cancer Regulates Survival through General Control Nonderepressible 2 Kinase–Mediated Eukaryotic Initiation Factor 2α Activity and Is Targetable by Pegylated Arginine Deiminase; The American nournal of pathology; janvier 2017 


Retrouvez-nous sur les réseaux sociaux

Fondation ARC, reconnue d’utilité publique.