Back to top
Intro donation

Contribuer

à la recherche sur le cancer

Contribuer à la recherche sur le cancer :
Don ponctuel
Don mensuel
Punctual donation buttons
Regular donation buttons

Cancers du sein triples négatifs ou HER2 positifs, succès préclinique d’une nouvelle molécule

Une nouvelle thérapie ciblée, visant un mécanisme de survie des cellules, pourrait ouvrir des perspectives, notamment pour les patientes atteintes d’un cancer du sein triple négatif ou HER2 positif.

L’identification des mécanismes moléculaires responsables de la survie exceptionnelle des cellules cancéreuses est à la base du développement de nouvelles thérapies ciblées.

Depuis plusieurs années, des travaux se sont penchés sur l’équilibre délicat entretenu normalement entre certaines protéines comme BCL-2, BCL-XL ou MCL-1, qui favorisent la survie des cellules et d’autres, de la famille des protéines BH3, qui, au contraire, mènent à l’apoptose, c’est-à-dire au suicide cellulaire. Dans de nombreux cancers, la surexpression des protéines de survie submerge les capacités de contrôle des protéines BH3 et contribue ainsi à la prolifération anormale des cellules.

Dans les cancers du sein triples négatifs ou HER2 positifs, c’est la protéine MCL-1 qui semble être la principale porteuse du message de survie. Or jusqu’à présent, aucune molécule mimant l’action des protéines BH3 ne s’était avérée efficace sur MCL-1. En cause, une structure moléculaire très particulière de cette dernière, qui rend difficile la fixation des petites molécules mimant les protéines BH3 produites jusqu’à présent. Un nouvel inhibiteur, du nom de « S63845 », pourrait bien réussir là où les autres avaient échoué.

Sa structure moléculaire semble en effet compatible avec celle de MCL-1 et les premiers essais réalisés sur des modèles d’étude in vitro comme in vivo sont très encourageants. Les cellules cancéreuses exposées au S63845 retrouvaient le chemin de l’apoptose et devenaient très sensibles aux thérapies classiquement proposées aux patientes touchées par ces cancers agressifs. Une phase de recherche clinique doit bien-sûr être envisagée, s’appuyant sur les résultats très positifs de cette équipe australienne.


R. D.

Source : Merino, D. et al ; Synergistic action of the MCL-1 inhibitor S63845 with current therapies in preclinical models of triple-negative and HER2-amplified breast cancer; Science Translational Medicine; Aout 2017


Retrouvez-nous sur les réseaux sociaux

Les ressources de la Fondation ARC proviennent exclusivement de la générosité de ses donateurs et testateurs.

Vous bénéficiez d'une réduction d'impôt à hauteur de 66 % du montant de votre don, si vous êtes imposable sur le revenu, et de 75 % si vous êtres assujetti à l'IFI.