Back to top
Intro donation

Contribuer

à la recherche sur le cancer

Contribuer à la recherche sur le cancer :
Don ponctuel
Don mensuel
Punctual donation buttons
Regular donation buttons

Les bactéries, destructrices de chimiothérapie

Des travaux publiés dernièrement dans la revue Science montrent que des bactéries pourraient jouer un rôle majeur dans la résistance de certaines tumeurs à la gemcitabine, une chimiothérapie courante.

Pourquoi les patients atteints d’un « même » cancer ne bénéficient pas tous des mêmes effets d’un traitement ? La question est vaste, pour le moins, mais peut trouver une réponse simple : il n’existe pas deux tumeurs identiques.

Variabilité génétique des cellules cancéreuses, forces immunitaires en présence, densité locale du réseau sanguin, un nombre incalculable de facteurs interviennent dans la caractérisation d’une tumeur… Selon des études récentes, les bactéries qui peuplent notre organisme seraient un facteur de plus à cette liste.

Des chercheurs américains et israéliens ont en effet découvert que certaines bactéries, présentes au sein de la tumeur, étaient capables de limiter l’efficacité de la gemcitabine, une chimiothérapie fréquemment utilisée pour traiter les cancers du pancréas, du poumon, du sein ou de la vessie. C’est en travaillant sur le cancer colorectal que les chercheurs ont observé le phénomène : quand des cellules cancéreuses étaient cultivées in vitro avec d’autres cellules, non cancéreuses, elles devenaient insensibles à la gemcitabine. Mais cette insensibilité n’était pas directement liée aux cellules saines elles-mêmes : les chercheurs se sont rendu compte qu’elle dépendait d’un élément présent dans le milieu de culture, un élément qui était supprimé quand ce milieu était filtré… Finalement l’étau s’est resserré sur les responsables : des bactéries. Celles-ci, grâce à des enzymes que les chercheurs ont pu identifier, étaient capables de transformer chimiquement la gemcitabine, la rendant ainsi inactive. Confirmant le rôle de ces « gammaprotéobactéries », leurs expériences ont ensuite montré que le traitement par un antibiotique adapté permettait de restaurer la sensibilité des cellules cancéreuses à la gemcitabine.

Pour savoir si leur découverte avait une quelconque réalité physiologique, les chercheurs ont voulu savoir si des bactéries pouvaient être décelées dans les tumeurs de patients. Une exploration a donc été menée auprès de 113 patients atteints de cancers du pancréas. Des bactéries ont été retrouvées au sein des tumeurs de 86 d’entre eux, la majorité appartenant à la fameuse famille des gammaprotéobactéries !


R. D.

Source : Geller, L.T. et al ; Potential role of intratumor bacteria in mediating tumor resistance to the chemotherapeutic drug gemcitabine; Science; 15 septembre 2017.


Retrouvez-nous sur les réseaux sociaux

Fondation ARC, reconnue d’utilité publique. SIREN : 752 064 949