Back to top

Contribuer

à la recherche sur le cancer

Agissons contre le cancer du sein

pour protéger les femmes qui nous sont chères

Contribuer à la recherche sur le cancer :
Don ponctuel
Don mensuel
Punctual donation buttons
Regular donation buttons

Agissons contre le cancer du sein

pour protéger les femmes qui nous sont chères

Myélome multiple : l’interleukine 18 aménage le micro-environnement tumoral

Les récents travaux d’une équipe soutenue par la Fondation ARC mettent au jour un mécanisme permettant au myélome multiple de se développer sans craindre l’action du système immunitaire.

Même si de nombreux progrès améliorent la prise en charge et la survie des patients atteints de myélome multiple, ce cancer, qui touche 3 000 personnes chaque année en France, est toujours considéré comme incurable. En effet, les patients qui, nombreux, parviennent à une rémission, sont exposés à un risque important de récidive nécessitant la reprise des traitements. Identifier les mécanismes qui, au sein de la moelle osseuse, permettent le développement des cellules cancéreuses, est un enjeu majeur pour contrôler durablement, voire définitivement, la maladie. Une équipe toulousaine, soutenue par la Fondation ARC, associée à des chercheurs australiens, s’est penchée sur la question.

Le myélome multiple est un cancer du sang et de la moelle osseuse dans lequel les globules blancs chargés de produire les anticorps perdent le contrôle de leur prolifération. Comment, dans la moelle osseuse, où se développent les cellules souches sanguines et immunitaires, ces cellules parviennent-elles à constituer une niche favorable à leur développement ? Pour répondre à cette question, des chercheurs du Centre de recherche en cancérologie de Toulouse et de l’institut universitaire du cancer de Toulouse (Oncopole), associés à des collègues australiens, se sont intéressés aux signaux inflammatoires émis dans le microenvironnement tumoral de ces tumeurs.

Grâce à des explorations menées dans des modèles expérimentaux de myélome multiple et à l’analyse d’échantillons provenant de 73 patients, les chercheurs sont parvenus à montrer le rôle central d’une molécule, l’interleukine 18 (IL18), capable d’aménager des conditions favorables au développement cancéreux. En effet, alors que sa production dans la moelle osseuse semble anormalement élevée chez les patients atteints de myélome multiple, ce « signal » moléculaire serait responsable de la mise en place d’un contexte d’inflammation permanente (généralement favorable au développement des cancers) et surtout d’une mise sous silence des cellules immunitaires qui pourraient être en mesure de reconnaitre et détruire les cellules cancéreuses. Dans une cohorte de 152 patients, les chercheurs ont pu associer le taux d’IL18 dans la moelle osseuse à une moindre activité anti-tumorale du système immunitaire et surtout à une moins bonne survie des patients.

Enfin, les nombreuses analyses réalisées en laboratoires ont permis de décrypter les mécanismes moléculaires sous-jacents à cette action de l’IL18 et ainsi de montrer le rôle central qu’elle joue dans l’aménagement d’un microenvironnement pro-tumoral. Les chercheurs suggèrent donc enfin que l’IL18 constitue une cible thérapeutique pertinente. Selon eux, cette éventuelle piste thérapeutique pourrait aussi être à envisager dans d’autres cancers, comme les cancers du sein et de la prostate, qui s’étendent souvent à la moelle osseuse.


R. D.

Source : Nakamura, K. et al ; Dysregulated IL-18 Is a Key Driver of Immunosuppression and a Possible Therapeutic Target in the Multiple Myeloma Microenvironment ; Cancer Cell ; 9 avril 2018
 


Retrouvez-nous sur les réseaux sociaux

Les ressources de la Fondation ARC proviennent exclusivement de la générosité de ses donateurs et testateurs.

Vous bénéficiez d'une réduction d'impôt à hauteur de 66 % du montant de votre don, si vous êtes imposable sur le revenu, et de 75 % si vous êtes assujetti à l'IFI (sous réserve de maintien du barème dans le cadre du projet de loi de finances 2018).