Back to top
Intro donation

Contribuer

à la recherche sur le cancer

Contribuer à la recherche sur le cancer :
Don ponctuel
Don mensuel
Punctual donation buttons
Regular donation buttons

Recruiting International Leaders in Oncology

Depuis sa création en 2010, l’appel à projets « Recruiting international leaders in oncology » a pour objectif d’attirer des chercheurs confirmés et talentueux à s’installer en France et ainsi contribuer au rayonnement de la recherche française en cancérologie à l’échelle internationale. A travers ce programme, la Fondation ARC s’engage avec un budget allant jusqu’à 1,5 millions d’euros pour une durée de 5 ans, à accompagner un lauréat chaque année dans la création de son équipe au sein des meilleures structures de recherche françaises.

Ce sont déjà 6 chercheuses et chercheurs de 5 nationalités différentes qui se sont installés dans différentes régions du territoire français afin de développer des projets de recherche ambitieux et innovants dans le domaine de la recherche sur le cancer.

 

ConstantinouAngelos Constantinou, lauréat 2010 : nationalité Suisse et Grecque, laboratoire d’origine à Lausanne en Suisse. Il dirige depuis 2010 une équipe reconnue pour son excellence au sein de l'Institut de Génétique Humaine à Montpellier. Angelos Constantinou et son équipe étudient les mécanismes permettant aux cellules cancéreuses de surmonter les obstacles qui entravent la réplication de l’ADN. Il est essentiel de comprendre précisément ces mécanismes fondamentaux qui, en plus d’être impliqués dans la croissance des cellules tumorales, pourraient jouer un rôle dans leur résistance aux traitements actuels.

 

BulavinDmitry Bulavin, lauréat 2012 : nationalité Russe, laboratoire d’origine à Singapour. Il est devenu directeur de recherche à l'Institut de recherche sur le cancer et le vieillissement de Nice (IRCAN) en 2012. Avec le soutien de la Fondation ARC, il a notamment contribué à une meilleure compréhension de la cancérogenèse, en observant qu’une des premières étapes de l’apparition des cancers du poumon consistait en la production massive d’acide hyaluronique par les cellules cancéreuses, ce qui favorisait ensuite la transformation maligne des cellules saines environnantes. De manière cohérente, il a montré que l’inhibition de la synthèse d’acide hyaluronique empêchait la cancérisation des cellules saines, ouvrant donc des perspectives pour développer de nouvelles stratégies thérapeutiques.

 

NikolaevSergey Nikolaev, lauréat 2017 : nationalité Suisse, laboratoire d’origine à Genève en Suisse. Chercheur en bioinformatique de renommée internationale, il a rejoint Gustave Roussy à Villejuif en 2018. Il est spécialiste de la génétique des tumeurs et expert dans le traitement et l’analyse de données. Son objectif est d’identifier des mutations clés à l’origine des transformations malignes et donc présentes dans les cellules cancéreuses, mais mélangées à de très nombreuses autres mutations. Son travail de recherche consiste donc à analyser un nombre très important de résultats de séquençages issus aussi bien de tissus sains que de tissus cancéreux.

 

SalmonHélène Salmon, lauréate 2018 : nationalité Française, laboratoire d’origine à New York aux USA. Elle a formé une équipe de recherche à l’Institut Curie à Paris au cours de l’année 2019. Le but de ses travaux est de comprendre l’implication des cellules stromales dans la résistance aux immunothérapies. Chez les patients résistants à ces traitements, il est régulièrement observé que les lymphocytes T sont exclus du centre des tumeurs. Hélène Salmon et son équipe cherchent à élucider le rôle des fibroblastes dans la régulation de l’infiltration des lymphocytes T. Si les fonctions inhibitrices des fibroblastes se confirmaient, il pourrait alors être envisageable de les cibler pour améliorer l’efficacité des immunothérapies.

 

SalehMaya Saleh, lauréate 2019 : nationalité Canadienne, laboratoire d’origine à Montréal au Canada. Après avoir travaillé pendant près de 15 ans à la faculté de Médecine de l’université McGill où elle était professeure en médecine et directrice du programme « Inflammation et cancer », Maya Saleh a rejoint le laboratoire Immunoconcept à Bordeaux pour y diriger la recherche en oncoimmunologie. L’objectif de son projet est d’identifier des facteurs prédictifs de l’efficacité des immunothérapies, mais également de mieux comprendre l’influence du microbiome sur la réponse immunitaire anti-cancéreuse et sur les toxicités inflammatoires liées aux immunothérapies.

 

GinhouxFlorent Ginhoux, lauréat 2020 : nationalité Française, laboratoire d’origine à Singapour. Chercheur au sein de l’agence pour les sciences, technologies et la recherche (A*STAR) depuis 2009, Il rejoint Gustave Roussy à Villejuif pour établir un laboratoire de recherche. Eminent spécialiste de l’ontogénie et de la différenciation des macrophages, il est un des chercheurs les plus cités au monde (Highly Cited Researchers List de Clarivate). Ses travaux actuels visent à mettre en lumière différents types de macrophage associés aux tumeurs et leurs fonctions pro-tumorales. L’objectif à plus long terme serait de développer de nouvelles immunothérapies ciblant ces populations cellulaires.

 


 


Retrouvez-nous
sur les réseaux sociaux