Back to top

Contribuer

à la recherche sur le cancer

Agissons d'urgence pour guérir toujours plus d'enfants

et préserver leur avenir

Contribuer à la recherche sur le cancer :
Don ponctuel
Don mensuel
Punctual donation buttons
Regular donation buttons

Agissons d'urgence pour guérir toujours plus d'enfants

et préserver leur avenir

12 juillet 2018

Sarcomes avancés, les progrès discrets des thérapies ciblées

Les résultats de plusieurs essais cliniques montrent que certaines thérapies ciblées peuvent constituer des options de prise en charge pour les patients atteints de sarcomes osseux ou des tissus mous à un stade avancé. 

Lorsqu’il s’agit de sarcomes avancés voire métastatiques, le pronostic est souvent difficile. Quand les chimiothérapies atteignent leurs limites, les regards se tournent vers certaines thérapies ciblées qui, dans les derniers essais de phase II et III, montrent une efficacité notable ou sont mieux tolérées que les chimiothérapies actuelles.

A Marseille, les chercheurs du groupe français d’étude des sarcomes se sont intéressés au régorafénib, une molécule qui bloque l’action de plusieurs protéines et dont l’effet anti-angiogénique a déjà été remarqué dans la prise en charge de tumeurs gastro-intestinales (les GIST). L’étude REGOBONE a donc permis d’évaluer l’efficacité du régorafénib auprès de 38 patients atteints d’un sarcome osseux métastatique déjà traités par chimiothérapie. Si les régressions tumorales ont été relativement rares (7,7 % de cas de réponse partielle), une stabilisation était obtenue chez 57,7 % des patients recevant le régorafénib. En termes de survie globale, la thérapie ciblée permettait de dépasser les 11 mois, contre à peine 6 sans ce traitement. La toxicité était importante mais gérable, notamment en réduisant la dose ou en arrêtant de façon temporaire le traitement. Selon les investigateurs, administrer la thérapie ciblée plus tôt dans la prise en charge pourrait être envisageable chez les patients qui ne répondent pas de façon optimale à la chimiothérapie standard.

Contre les sarcomes des tissus mous, ce sont des médecins chinois qui ont réalisé une étude de phase 3 auprès de 233 patients dont le cancer, au stade métastatique, progressait malgré la chimiothérapie. Tous patients confondus, la médiane de survie sans progression était augmentée de plus de 5 mois grâce à la thérapie ciblée (l’anlotinib, un autre anti-angiogénique). Pour certains types de sarcomes, cette survie sans progression dépassait les 18 mois.

En Allemagne, une troisième molécule – le pazopanib, agissant selon les mêmes principes que les précédentes évoquées – a été comparée à la chimiothérapie de référence (la doxorubicine) auprès de 120 patients atteints de sarcomes des tissus mous. Dans ce cas, le bénéfice en terme de survie sans progression n’a pas été marquant (5,3 VS 4,4 mois), mais la thérapie ciblée réduisait significativement les effets secondaires subis par les patients. La disparition des neutropénies sévères ou fébriles chez ces patients de plus de 60 ans pourrait suffire à faire évoluer le standard de prise en charge.


R.D.

Source : dépêche APM ; De nouvelles pistes pour des thérapies ciblées dans les sarcomes ; 11/06/2018
 


Retrouvez-nous
sur les réseaux sociaux