Back to top

Contribuer

à la recherche sur le cancer

Agissons contre le cancer du sein

pour protéger les femmes qui nous sont chères

Contribuer à la recherche sur le cancer :
Don ponctuel
Don mensuel
Punctual donation buttons
Regular donation buttons

Agissons contre le cancer du sein

pour protéger les femmes qui nous sont chères

Tabagisme : le tout début de la fin ?

Une étude menée au premier semestre 2017 révèle une baisse inédite de la consommation de tabac en France.

Et si cette étude témoignait d’un début de recul du tabac dans notre société ? Sans se perdre en conjecture, on peut simplement noter qu’une telle baisse n’avait pas été observée depuis une dizaine d’année, et qu’elle fait suite à la mise en application, en 2016, de trois mesures phares du Programme national de réduction du tabagisme. Des résultats qui encouragent le renforcement des mesures initiées ces dernières années.
 

L’étude menée par Santé publique France et publiée par le Bulletin épidémiologique hebdomadaire a été réalisée par téléphone auprès de 25 319 personnes entre janvier et juillet 2017. Elle révèle que 32,9 % des 18-75 ans fument au moins occasionnellement et 26,9 % quotidiennement. Des valeurs en très nette baisse par rapport à l’étude réalisée en 2016 (-3,2 et -2,5 points, respectivement). Les plus importantes baisses de consommation quotidienne ont été observées chez les hommes de 18 à 24 ans (de 44,2 à 35,3 %), chez les hommes de 45 à 54 ans (de 36,1 à 30,5 %) et chez les femmes de 55 à 64 ans (de 21,1 à 17,6 %).

Autre progrès à contrepied des tendances passées, le tabagisme quotidien a particulièrement reculé dans les classes socio-professionnelles défavorisées : de 38,8 à 34 % parmi les personnes aux revenus les plus faibles et de 49,7 à 43,5 % chez les chômeurs.
Enfin, l’entrée dans le tabagisme est aussi en recul, avec notamment une augmentation du nombre de personnes qui déclarent n’avoir jamais fumé (de 34,3% à 37,1%) et une baisse de 23% chez les jeunes de 17 ans entre 2014 et 2017.

Parallèlement à ces données, les auteurs rappellent les principales mesures mises en place dans le cadre du Programme national de réduction du tabagisme : l’instauration du paquet neutre, la hausse du prix du tabac, le triplement du forfait de prise en charge des substituts nicotiniques, passant de 50 à 150€ et la mise en place du grand évènement national médiatique de prévention « Mois sans tabac ». Pas de lien prouvé de cause à effet, mais le constat que la mise en œuvre d’une politique de prévention cohérente agissant sur différents leviers permet d’obtenir des résultats. Pour exemple, les seules ventes de traitements d’aide au sevrage tabagique ont augmenté de 28,5 % entre 2016 et 2017.

Même si la France vient de réduire d’un million son nombre de fumeurs quotidiens, elle reste toujours dans le peloton de tête européen, devant la Belgique, l’Allemagne et les Pays-Bas… Le chemin est encore long, mais il est balisé par de nouvelles mesures qui promettent encore de confirmer la tendance, comme l’arrivée du paquet à 10€ en 2020 ou la hausse du prix du tabac à rouler.

 


R.D.

Source : Bulletin épidémiologique hebdomadaire; Santé publique France ; coordonné par Romain Guignard, Sylvie Rey, Valérie Olié et Sophie Vaux ; N° 14-15 | 29 mai 2018 

Cancer : combien de cas dus au tabagisme ?

Dans une étude publiée dernièrement des chercheurs français ont estimé à plus de 66 000 le nombre de cancers déclarés en 2015 qui seraient dus au tabagisme (54 142 hommes et 12 008 femmes). Le tabac serait ainsi responsable de 28 % des cancers masculins et de 8 % des cancers féminins recensés au-delà de l’âge de 30 ans.


Source : Cao, B. et al ; Cancers attributable to tobacco smoking in France in 2015; Eur J Public Health; 7 mai 2018


Retrouvez-nous sur les réseaux sociaux

Les ressources de la Fondation ARC proviennent exclusivement de la générosité de ses donateurs et testateurs.

Vous bénéficiez d'une réduction d'impôt à hauteur de 66 % du montant de votre don, si vous êtes imposable sur le revenu, et de 75 % si vous êtes assujetti à l'IFI (sous réserve de maintien du barème dans le cadre du projet de loi de finances 2018).