Back to top

Contribuer

à la recherche sur le cancer

Ensemble, agissons pour guérir

2 cancers sur 3 d'ici 2025

Contribuer à la recherche sur le cancer :
Don ponctuel
Don mensuel
Punctual donation buttons
Regular donation buttons

Ensemble, agissons pour guérir

2 cancers sur 3 d'ici 2025

22 novembre 2018

Avec l’aide de la Fondation ARC, le chercheur Michele Diana rend visible l’invisible pour mieux opérer les patients

La Fondation ARC pour la recherche sur le cancer organisait ce matin un point presse à l’Institut hospitalo-universitaire (IHU) de Strasbourg afin de présenter les avancées du programme ELIOS (Endoscopic Luminescent Imaging for Oncology Surgery) qu’elle finance à hauteur de 880 000 euros. Ce programme vise à améliorer le diagnostic et le traitement de cancers de l’appareil digestif.

M DianaLa Fondation ARC est membre fondateur et partenaire de l’IHU de Strasbourg dont elle a soutenu les projets de recherche sur les cancers digestifs à hauteur de 3,3 millions d’euros depuis 2012. Initié par l’IRCAD (Institut de Recherche contre les Cancers de l’Appareil Digestif) qui a porté ce projet dans le cadre du programme Investissements d’Avenir, l’IHU dénommé « Institut de Chirurgie guidée par l’image » a pour objectif de développer et de diffuser des approches innovantes de chirurgie mini-invasive guidée par l’image dans le traitement des maladies de l’appareil digestif. L’augmentation des capacités de l’oeil du chirurgien, au coeur de ces approches, est particulièrement décisive dans le traitement des cancers, où l’enjeu est de parvenir à retirer la totalité de la tumeur tout en limitant les effets secondaires.

Lors du point presse de la Fondation ARC, le chercheur Michele Diana, chirurgien et directeur d’une unité de recherche à l’IHU de Strasbourg, a présenté les techniques et technologies qu’il développe dans le cadre du programme ELIOS afin de rendre plus visible la tumeur et les structures anatomiques environnantes et de guider ainsi avec précision le geste du chirurgien.

Ces techniques permettent :

  • le repérage de la tumeur, en amont de l’intervention par chirurgie mini-invasive visant à l’enlever, grâce à l’injection d’un fluorophore – c’est-à-dire une molécule qui émet une fluorescence lorsqu’elle est exposée aux rayonnements infrarouges et permet ainsi de mettre en évidence la tumeur et les différentes structures anatomiques environnantes ;
  • la fusion des images acquises lors de ce repérage – images en fluorescence mais aussi images en lumière visible - grâce à un logiciel développé à l’IHU de Strasbourg, afin d’augmenter l’oeil du chirurgien au cours de l’intervention ;
  • l’amélioration de l’évaluation de l’étendue de la tumeur comme de son éventuelle dissémination (classification du stade), notamment grâce au repérage d’amas de cellules cancéreuses dans les ganglions sentinelles.

Et pour évaluer l’impact de ces nouvelles technologies sur la qualité de la chirurgie miniinvasive, avec le soutien de la Fondation ARC, le chercheur a ouvert un registre international de données collectées lors de chirurgies guidées par l’image pratiquées dans 48 centres européens.

Ce registre permettra d’adosser le développement de ces techniques innovantes à l’analyse d’un grand nombre d’interventions : à ce jour, 2 500 interventions chirurgicales ont été recensées dans ce registre.

« Grâce au soutien de la Fondation ARC, nous sommes en train de mettre au point des technologies qui reposent notamment sur la fluorescence et la fusion d’images, susceptibles de révolutionner la chirurgie en augmentant l’oeil du chirurgien, a expliqué Michele Diana. Notre objectif est de développer une chirurgie éclairée, au sens propre comme au sens figuré, plus précise, afin de mieux soigner les patients, avec moins d’effets secondaires. Ces nouvelles techniques permettront aussi de mieux apprécier, d’un seul regard, l’avancée de la tumeur afin d’adapter au plus vite et au mieux la prise en charge du patient, en complétant, si nécessaire, la chirurgie par d’autres traitements comme la radiothérapie. »

Avec près de 80 000 nouveaux cas recensés chaque année, les cancers digestifs représentent une large part des cancers dans notre pays. Les progrès de la chirurgie sont porteurs d’espoir pour les patients touchés par ces cancers.

« La chirurgie demeure le premier traitement contre le cancer, a souligné François Dupré, directeur général de la Fondation ARC, lors du point presse. Le développement de techniques de chirurgie plus efficaces et moins invasives est essentiel pour la survie et la qualité de vie de nombreux patients. La Fondation ARC est engagée aux côtés de l’IHU de Strasbourg depuis sa création afin de soutenir une expertise reconnue de manière unanime au niveau international et favoriser l’émergence d’innovations qui bénéficieront à de nombreux patients. »

Les premiers travaux menés par Michele Diana dans le cadre d’ELIOS ont fait l’objet d’une vingtaine de présentations dans des conférences scientifiques internationales et d’une quinzaine de publications dans des revues scientifiques internationales, ce qui témoigne de l’expertise des équipes de l’IHU de Strasbourg dans ce domaine à la pointe de la recherche.

Le programme ELIOS se poursuivra jusqu’en 2020.

L'engagement de la Fondation ARC dans la région Grand Est

Au cours de cinq dernières années, la Fondation ARC a soutenu une centaine de projets de recherche dans la région Grand-Est, pour un montant total de 9,1 millions d’euros dont 3,3 millions d’euros dans le cadre du partenariat avec l’IHU de Strasbourg.


Contact

Pour toute question, merci de contacter Véronique Simon, Responsable relations presse.

Par email :

Par téléphone : 01 45 59 59 85 / 06 73 14 38 79


 


Retrouvez-nous
sur les réseaux sociaux