Back to top
Intro donation

Contribuer

à la recherche sur le cancer

Contribuer à la recherche sur le cancer :
Don ponctuel
Don mensuel
Punctual donation buttons
Regular donation buttons

Les cancers des voies aérodigestives supérieures

Cancers des VADS : vivre avec et après la maladie

Les cancers des VADS et leurs traitements ont des conséquences qui peuvent être importantes même si les progrès permettent de minimiser les pertes fonctionnelles. Rééducation et soutien sont indispensables pour parvenir à retrouver une vie « presque comme avant ».

Arrêter de fumer et de consommer de l’alcool

La consommation d’alcool et le tabagisme sont des comportements à risque particulièrement importants des cancers des VADS.

De plus, fumer augmente le risque de complications des traitements mais aussi le risque de récidive. C’est pourquoi les médecins insistent pour un arrêt total.

Ceci dit, arrêter de fumer et de consommer de l’alcool est difficile, d’autant plus quand l’addiction est ancienne. Il est conseillé de se faire aider. Une consultation avec le médecin traitant ou un tabacologue en ville ou à l’hôpital est l’occasion de faire le point et d’être accompagné. Il existe aussi des structures spécialisées en addictologie ainsi que des groupes de parole. Il est possible d’avoir recours à des substituts nicotiniques (patch et/ou gommes) ou des médicaments qui atténueront les difficultés du sevrage. Concernant la cigarette électronique, le Haut Conseil de santé public (HCSP) reste prudent ; si on constate une réduction du tabagisme chez les « vapoteurs », il n’y a pas encore suffisamment de recul pour estimer les risques et les bénéfices de cette pratique. Cette instance souligne dans un rapport qu’elle peut constituer toutefois une aide efficace et utile pour arrêter ou réduire sa consommation de tabac.


Eviter la dénutrition

L’état nutritionnel est un élément important de la réussite des traitements. Il arrive toutefois que ces mêmes traitements altèrent la possibilité de s’alimenter correctement.

Dans le cas des cancers des voies aérodigestives, 60 à 90 % des patients souffrent de dénutrition (réseau National Alimentation Cancer Recherche, www6.inra.fr/nacre). Pour garder un poids stable, l’aide d’un(e) nutritionniste et/ou diététicien(ne) peut être précieuse. Aujourd’hui, le plus souvent présent au sein de l’établissement de soins, ce professionnel pourra délivrer des conseils pour le quotidien comme mouliner les repas et les fractionner en cas de difficulté à avaler. Si une dénutrition semble s’installer, il y a parfois la nécessité de poser une sonde de nutrition entérale (ou sonde nasogastrique) ou de réaliser une gastrostomie jusqu’à ce que le patient puisse de nouveau s’alimenter. Des recommandations professionnelles ont été élaborées par la Société francophone nutrition clinique et métabolisme (SFNEP) et le réseau NACRe, un réseau de laboratoires de recherche qui regroupe plus de 300 chercheurs dans le domaine de la nutrition et du cancer.


Maintenir les fonctions vitales et assurer une qualité de vie optimale

La spécificité des cancers des VADS tient au fait que les tissus touchés par le cancer sont essentiels à l’alimentation, à la respiration et à la parole.

Même si les traitements sont plus conservateurs qu’auparavant, ils incluent le plus souvent un acte chirurgical qui nécessite ensuite une rééducation. Pendant un temps parfois long, la vie quotidienne est rythmée par la rééducation qui a pour objectif de parvenir à retrouver une « vie presque comme avant ». Pour les personnes dont le larynx, malade, a été ôté, il faut apprendre à s’exprimer à l’oral différemment. Certains patients sont équipés d’implant phonatoire, d’autres apprennent à parler avec la voix oesophagienne qui peut s’acquérir grâce à la rééducation vocale avec un orthophoniste. L’annonce du traitement et de ses conséquences prévisibles puis la prise de conscience de l’altération physique et un changement de l’image de soi après l’intervention chirurgicale peuvent engendrer une importante souffrance psychologique. Pour ne pas rester seul et être aidé, il est tout à fait possible de bénéficier d’un soutien psychologique dans le cadre de la prise en charge du cancer. Se rapprocher d’associations qui regroupent des patients et leur entourage permet de partager les expériences et de renforcer l’entraide.


Pratiquer une activité physique pendant et après les traitements

La pratique d’une activité physique pendant les traitements et après est conseillée chez les patients atteints de cancer.

Elle diminue les risques de rechute et améliore la qualité de vie (baisse de la fatigue et des symptômes dépressifs, amélioration de l’estime de soi). Comme l’état de santé des patients atteints d’un cancer des VADS est le plus souvent fragile, le médecin prendra soin de réfléchir à l’activité la plus adaptée selon le poids, la fatigue et les envies de son patient. Des éducateurs sportifs spécifiquement formés au médico-sportif ou encore des kinésithérapeutes peuvent être présents dans les services hospitaliers. Un essai clinique visant à évaluer la faisabilité d’un programme d’activité physique adaptée associée à une prise en charge nutritionnelle, chez des patients ayant une tumeur des VADS en cours de traitement par chimiothérapie et/ou radiothérapie, a été récemment réalisé en France au CHU de Limoges. Ses résultats sont attendus prochainement.

Contacts utiles

L'institut national du cancer (INCa)
propose un site Internet d’information et un service téléphonique anonyme et confidentiel
www.e-cancer.fr
0 805 123 124 (service et appel gratuits) du lundi au vendredi de 9h à 19h et le samedi de 9h à 14h.

 

L'association Arcagy
propose plusieurs dossiers sur les cancers des VADS.
www.arcagy.org/infocancer


L'union des associations françaises de laryngectomisés et mutilés de la voix
propose des informations et un forum de discussion pour que les patients laryngectomisés et leur famille puissent partager leurs expériences.
www.mutiles-voix.com

 

Tabac info service
propose un site Internet dédié à l’arrêt du tabac : bénéfices, méthodes, aides, soutien... un numéro de téléphone non surtaxé : 39 89 pour s’entretenir avec un tabacologue et bénéficier d’un suivi personnalisé gratuit de 8h à 20 h, du lundi au samedi
www.tabac-info-service.fr

 

Alcool info service
propose un site Internet dédié à l’arrêt de la consommation d’alcool. Il permet de prendre contact avec des addictologues et d’être soutenu dans la démarche de sevrage.
www.alcoolinfoservice.fr
Un numéro de téléphone non surtaxé : 0 980 980 930, de 8h à 2h, 7 jours sur 7.

 

L'institut national de recherche et de sécurité (Inrs)
donne des informations sur les maladies professionnelles, dont les cancers, via son site Internet et des publications.
www.inrs.fr

 

Le groupe d’oncologie radiothérapie tête et cou (Gortec)
réunit des informations pour les professionnels et le grand public sur les cancers des VADS et sur les essais cliniques en France.
www.gortec.fr

 

CancerARTFORCE
propose un site Internet en anglais à propos du programme européen CancerARTFORCE.
www.cancerartforce.eu


Ce dossier a été réalisé grâce au concours du Docteur Jérôme Fayette, médecin oncologue au centre de lutte contre le cancer Léon Bérard (Lyon), spécialiste des cancers ORL, du poumon, des sarcomes et GIST


Retrouvez-nous
sur les réseaux sociaux