Back to top

Contribuer

à la recherche sur le cancer

Ensemble, agissons pour guérir

2 cancers sur 3 d'ici 2025

Contribuer à la recherche sur le cancer :
Don ponctuel
Don mensuel
Punctual donation buttons
Regular donation buttons

Ensemble, agissons pour guérir

2 cancers sur 3 d'ici 2025

Le cancer

Cancer : la prévention et le dépistage

La prévention et le dépistage ont pour objectif de réduire la fréquence ou la gravité de certains cancers, en évitant leur survenue ou en les détectant précocement.

Les principales mesures de prévention des cancers

Modifier certaines habitudes permet de réduire le risque de développer un cancer.

En France, plusieurs campagnes nationales de prévention ont été mises sur pied pour faire reculer le nombre de nouveaux cas de cancers. Les efforts des pouvoirs publics en matière de prévention ont été intensifiés depuis près de 10 ans, notamment dans la lutte contre le tabagisme et contre les cancers d’origine infectieuse ou d’origine professionnelle. Parallèlement, la promotion de l’activité physique et de l’équilibre alimentaire, facteurs protecteurs de la maladie, est aussi favorisée.

À l’échelle individuelle, la prévention passe par la décision personnelle de réduire ses comportements à risque, en adaptant ses habitudes de vie et en adoptant quelques bonnes résolutions : arrêter le tabac, limiter sa consommation d’alcool, manger de manière équilibrée, surveiller son poids, pratiquer régulièrement une activité physique, éviter l’exposition au soleil...

Le  recours  aux  vaccins  préventifs  développés  contre  certains  virus  inducteurs de tumeurs fait aussi partie de la prévention : la vaccination contre le virus de l’hépatite b (VHB) ou celle contre les papillomavirus humains (HPV) peut réduire les risques respectifs de cancer du foie et de cancer du col de l’utérus.

 

Question // Pourquoi la prévention est-elle nécessaire ?

Réponse :

On estime que 40 % des cas de cancers pourraient être évités grâce à une politique de prévention et de dépistage efficace. Ainsi, l’éviction des facteurs de risque majeurs permettrait de réduire largement les chiffres de la maladie : on peut estimer que 70 % des cancers du larynx et des voies aérodigestives supérieures (pharynx, bouche...) seraient évitables en réduisant la consommation d’alcool et de tabac, et près de 70 % des mélanomes le seraient en réduisant l’exposition au soleil.


Le dépistage des cancers

Le dépistage consiste à réaliser un ou plusieurs examens afin d’établir un diagnostic de cancer chez quelqu’un ne présentant a priori encore aucun symptôme.

L’intérêt du dépistage est de repérer la maladie le plus tôt possible, c’est-à-dire à un stade où la prise en charge offrira les meilleurs résultats possibles. Il permet dans certains cas de repérer aussi des lésions précancéreuses, c’est-à-dire des anomalies bénignes susceptibles de devenir cancéreuses sans traitement.

Les examens de dépistage doivent régulièrement être répétés. Dans la plupart des cas, et hors prédisposition familiale particulière, les examens sont renouvelés tous les 2 ou 3 ans, selon le type de tumeur recherché. Pour les personnes ayant une prédisposition génétique au cancer, la nature et la fréquence des examens sont différentes et adaptées à l’histoire familiale ou à la nature de l’anomalie génétique identifiée.

Il existe deux types de dépistage :

Le dépistage organisé

Il est mis en place par les pouvoirs publics. Il consiste à inviter gratuitement à une action de dépistage les personnes appartenant à la tranche d’âge dans laquelle la maladie est la plus fréquente. En France, il existe un dépistage organisé du cancer colorectal chez les personnes de 50 à 74 ans et un dépistage organisé du cancer du sein chez les femmes de 50 à 74 ans. Les invitations sont reconduites tous les deux ans auprès des personnes sans risque particulier.  
Pour ceux qui ont une prédisposition familiale ou une susceptibilité génétique, des programmes spécifiques sont proposés.

Le dépistage individuel

Il repose sur la réalisation d’examens réguliers, mais il n’est pas organisé par les pouvoirs publics. Plusieurs maladies cancéreuses peuvent bénéficier de tels examens : le dépistage du cancer du col de l’utérus repose sur la réalisation d’un frottis cervico-vaginal qui permet de repérer des lésions précancéreuses ; le dépistage du cancer de la prostate consiste en la réalisation d’un toucher rectal et d’un dosage sanguin du PSA, une protéine dont le taux est augmenté
dans plusieurs pathologies de la prostate ; la surveillance des grains de beauté permet de repérer ceux qui évoluent et qui peuvent être à risque.

Les dépistages du cancer
 
CancerPopulationTestFréquence
ColorectalHommes et femmes âgés de 50 à 74 ansTest immunologique
Coloscopie (chez les personnes à risque et en cas de résultat positif au test immunologique)
Tous les 2 ans
SeinFemmes de 50 à 74 ansMammographie et examen cliniqueTous les 2 ans
Col de l'utérusFemmes entre 25 et 65 ansFrottisTous les 3 ans après deux premiers frottis normaux réalisés à 1 an d'intervalle
PeauHommes et femmesExamen dermatologiqueUne fois par an et auto-surveillance tous les 3 mois.
Cavité buccaleHommes et femmesExamen cliniqueEn présence d'une lésion persistante (plus de 10 jours), consulter le médecin traitant ou un chirurgien-dentiste.
Des signes à ne pas négliger

Chaque maladie cancéreuse présente des symptômes spécifiques, mais aussi un certain nombre de symptômes banals, liés à la dégradation de l’état général. S’ils persistent, il est conseillé de consulter un médecin pour en déterminer l’origine :

  • fatigue ou douleur persistante, amaigrissement prolongé sans raison ;
  • sang dans les selles (ou selles noires), constipation ou alternance constipation-diarrhée ;
  • saignements vaginaux après les rapport sexuels ou entre les règles ;
  • sang dans l’urine ou dans le sperme, difficultés à uriner ;
  • enrouement persistant, modification de la voix, lésions dans la bouche, toux persistante ;
  • apparition d’une grosseur, rougeur, modification de la forme d’un sein, écoulement coloré (sang) par le mamelon ;
  • apparition d’un ganglion dans la région cervicale, sous le bras, dans l’aine ;
  • nævus (grain de beauté) qui évolue, plaie ou tache sur la peau qui ne guérit pas ;
  • grosseur dans un testicule.

Ce dossier a été réalisé avec le concours du Pr Olivier Hermine, hématologue à l’hôpital Necker, Paris.


Retrouvez-nous
sur les réseaux sociaux