Back to top

Contribuer

à la recherche sur le cancer

Ensemble, agissons pour guérir

2 cancers sur 3 d'ici 2025

Contribuer à la recherche sur le cancer :
Don ponctuel
Don mensuel
Punctual donation buttons
Regular donation buttons

Ensemble, agissons pour guérir

2 cancers sur 3 d'ici 2025

Le cancer

Qu'est-ce que la recherche en cancérologie ?

En permettant de mieux comprendre la maladie et ses mécanismes biologiques, la recherche a récemment conduit à la réalisation d’importants progrès en matière de prévention et de traitement des cancers.

Les interactions entre la recherche fondamentale, la recherche de transfert et la recherche clinique sont indispensables pour des avancées significatives.

La recherche fondamentale

La recherche fondamentale en cancérologie vise à comprendre l’ensemble des mécanismes impliqués dans la naissance et la  croissance des tumeurs. En décryptant le fonctionnement d’une cellule cancéreuse, en le comparant à celui d’une cellule normale, les chercheurs peuvent identifier des processus qui ont un rôle crucial dans le développement de la maladie. Ces clés sont autant de cibles contre lesquelles des médicaments peuvent ensuite être développés.

En pratique, cette recherche est essentiellement conduite dans les organismes publics de recherche (Inserm, CNRS, universités). Elle est financée par les pouvoirs publics, mais aussi par de nombreuses fondations ou associations pour la recherche, comme la Fondation ARC.

La recherche de transfert

La recherche de transfert, ou recherche translationnelle, permet d’accélérer les progrès thérapeutiques en rapprochant les acteurs de la recherche fondamentale et ceux de la recherche clinique. Elle passe essentiellement par le renforcement des coopérations habituelles entre les deux domaines pour faire émerger des projets de recherche communs aux organismes de  recherche et aux établissements de santé. Le continuum ainsi créé permet d’accélérer le progrès en vérifiant des hypothèses biologiques par des expérimentations cliniques ou, à l’inverse, en utilisant des observations cliniques pour découvrir des mécanismes biologiques fondamentaux. Le patient reste au cœur des thématiques abordées et des objectifs recherchés.

La recherche clinique

La recherche clinique est une recherche appliquée. Elle ne vise pas à comprendre  des  phénomènes  biologiques  mais  cherche  à  évaluer  la  sécurité  et  l’efficacité de nouveaux traitements ou de nouvelles méthodes diagnostiques.
Lorsqu’un  médicament semble prometteur pour lutter contre la maladie, quatre phases d’essais cliniques doivent être successivement conduites. L’ensemble du processus est nécessaire pour vérifier que la nouvelle molécule présente une efficacité suffisante et une tolérance acceptable. Les effets observés au cours de cette recherche clinique peuvent servir à la recherche fondamentale pour découvrir de nouveaux mécanismes d’action des médicaments et de résistances.

La combinaison des progrès accomplis grâce à la recherche fondamentale, la recherche de transfert et la recherche  
clinique permet de proposer des traitements toujours plus efficaces aux patients atteints de cancer. Ces avancées ne peuvent  être réalisées sans les milliers de malades qui acceptent chaque année de participer aux essais cliniques en France et dans le  monde.  Participer à un essai clinique permet de pouvoir accéder à des nouveaux traitements qui s’avèrent parfois plus efficaces que ceux qui font actuellement référence. C’est aussi un moyen de faire progresser la recherche au bénéfice des futurs patients. Pour connaître l’ensemble des essais ouverts à l'inclusion en France en cancérologie, le registre des essais en oncologie est consultable sur le site Internet de l'Institut national du cancer.

Les essais cliniques en oncologie, en pratique

Les modalités des essais cliniques sont rigoureusement encadrées : un essai clinique ne peut être conduit qu’après autorisation d’un Comité de protection des personnes (CPP). Une fois l’essai autorisé, un médecin peut proposer à un patient d’y participer s’il présente le profil ciblé par le protocole de l’étude (âge, stade et nature de la maladie...). Il lui présente en détail les objectifs poursuivis ainsi que les modalités et les risques liés au traitement expérimental. Le patient est libre d’accepter ou de refuser de participer. S’il accepte, il signe un consentement éclairé, révocable à tout moment, avant ou durant le déroulement de l’étude.

Au cours de l’essai, le patient est étroitement surveillé selon un programme défini dans le protocole. S’il décide d’arrêter sa participation, il sera traité par le traitement de référence de la maladie.


Ce dossier a été réalisé avec le concours du Pr Olivier Hermine, hématologue à l’hôpital Necker, Paris.


Retrouvez-nous
sur les réseaux sociaux