Back to top
Intro donation

Contribuer

à la recherche sur le cancer

Contribuer à la recherche sur le cancer :
Don ponctuel
Don mensuel
Punctual donation buttons
Regular donation buttons

Progrès et espoirs de la recherche contre le cancer

Découvrez des avancées majeures qui sont autant de grands espoirs de guérison.

Les avancées de 2017 et les grands espoirs de 2018

 

Ensemble, avec tous nos donateurs, nous partageons la fierté de contribuer aux progrès de la recherche en cancérologie. Derrière chaque projet financé, nous avons la forte volonté de sauver toujours plus de vies.

En 2018, notre mobilisation à tous doit rester totale.

Titre 1

Titre 1

 

Découvrez 3 exemples d'avancées réalisées en 2017 :

Picto

Une découverte cruciale pour les patients adultes atteints de leucémie aiguë myéloïde

Près de 80 % des patients adultes atteints de leucémie aiguë myéloïde rechutent après un premier traitement par chimiothérapie, pourtant efficace au départ. Pourquoi ? C’est la question à laquelle s’est attaquée l’équipe de Jean-Emmanuel Sarry*, qui a non seulement montré que les cellules leucémiques résistant à la chimiothérapie avaient une activité métabolique supérieure à la moyenne, mais également découvert les mécanismes à l’origine de cette hyperactivité. Une découverte qui permet d’envisager de nouveaux traitements pour les patients souffrant de récidives de cette leucémie.

* Centre de Recherche en Cancérologie, Toulouse.

Picto

Un nouvel espoir de mieux traiter certains cancers avancés ou métastatiques

Parvenir à cibler une anomalie moléculaire, quel que soit le cancer dans lequel elle se trouve : tel est le but de la médecine de précision, qui a connu grâce à vous une nouvelle avancée en 2017. Votre soutien a en effet permis de tester, dans le cadre d’un essai clinique de phase précoce, la tolérance et l’efficacité d’une nouvelle molécule ciblant deux anomalies moléculaires des cellules tumorales qui favorisent leur prolifération incontrôlée. Les premiers résultats de cet essai*, réalisé auprès de 50 patients atteints de différents cancers avancés ou métastatiques (sein, utérus, voies biliaires, estomac, rein, ovaire…) présentant tous une même mutation génétique à l’origine de ces anomalies moléculaires, sont très encourageants. Associée à la chimiothérapie, la molécule testée a en effet permis de stabiliser la maladie dans 74% des cas et de la faire régresser dans 5% des cas

* Essai clinique qui a été coordonné par le Pr Jean-Charles Soria à Gustave Roussy, Villejuif et mis en oeuvre dans le cadre d’un partenariat avec l’Institut national du cancer.

Picto

Un progrès majeur dans le connaissance des cancers ORL

Encore peu de solutions existent pour combattre efficacement les cancers de la bouche, du pharynx, du larynx, des sinus et de la face, qui s’étendent rapidement. Mais en 2017, l’équipe d’Ellen Van Obberghen-Schilling* a identifié le rôle d’une molécule, présente autour des cellules cancéreuses dans les muqueuses : elle favorise leur migration rapide et collective. Une découverte majeure qui permet d’envisager le développement de nouvelles stratégies thérapeutiques pour mieux lutter contre la dissémination de ces cancers !

* Institut de Biologie Valrose, Nice.
 
 

Titre 2

Titre 2

 

Les projets sélectionnés par la Fondation ARC font naître de nouveaux et grands espoirs de progrès pour tous les malades.

Découvrez 3 exemples de projets prometteurs parmi les près de 300 nouveaux projets financés chaque année :

Picto

Sauver les enfants atteints de leucémies aiguës

Les enfants atteints de leucémies aiguës myéloblastiques (LAM) présentent des taux de rechute et de survie respectivement de 45 % et de 65 % environ. La survenue brutale de ces cancers agressifs exige des traitements lourds, source de séquelles à long terme. Identifier les prédispositions génétiques et les mécanismes biologiques responsables de ces leucémies, développer des traitements mieux ciblés et suivi médical post-rémission plus efficace sont donc des priorités absolues. Et ces priorités sont au coeur du projet du réseau d’équipes de recherche et de médecins CONECT-AML*, qui va oeuvrer grâce à vous sur tout le territoire français.

* Coordonné par le Pr Arnaud Petit, Centre de Recherche de Saint-Antoine, Paris et financé en partenariat avec l’Institut national du cancer et la LNCC.

Picto

Evaluer une trithérapie contre des cancers du poumon avancés ou métastatiques

L’essai clinique SPRING évalue une trithérapie associant une immunothérapie et deux thérapies ciblées chez des patients atteints d’un cancer du poumon non à petites cellules au stade avancé ou métastasique. Cet essai est conduit dans 8 centres, situés en France* et dans 4 autres pays, dans le cadre du consortium international WIN (Worldwide Innovative Network in Cancer Personalized Medicine). Il vise à établir dans une première phase la tolérance et la dose recommandée de cette trithérapie chez un premier groupe de patients, puis, dans une seconde phase, son efficacité en première ligne de traitement. Une innovation thérapeutique pour parvenir à mieux lutter contre ce cancer présentant un pronostic de survie de 15% seulement à un an, et de 4% à cinq ans lorsqu’il est diagnostiqué au stade métastatique.

* Institut Curie (Paris), Hôpital Saint-Joseph (Paris) et Centre Léon Bérard (Lyon).

Picto

Savoir identifier les femmes atteintes d'un cancer de l'ovaire pouvant bénéficier d'une immunothérapie

La majorité des cancers de l’ovaire sont de mauvais pronostic avec un taux de survie des femmes à 5 ans de l’ordre de 43%. Malgré l’espoir qu’elle a suscité récemment, l’immunothérapie ne s’est montrée efficace que chez 20 à 30% des patientes en essai clinique. De plus, il n’existe encore aucun biomarqueur indiquant si l’immunothérapie sera efficace. Autant d’obstacles que souhaite surmonter une nouvelle étude clinique qui a pour but d’identifier des marqueurs permettant de prédire l’efficacité d’une immunothérapie, éventuellement associée à un autre médicament, dit anti-angiogénique. Elle devrait aussi permettre de mieux comprendre les mécanismes de résistances à ces traitements pour mettre en place des solutions plus adaptées.

* Programme Labellisé Fondation ARC de recherche clinique coordonné par Christophe Caux, Centre de Recherche en Cancérologie de Lyon.

 

Un seul espoir de vaincre le cancer : 
l'accélération des progrès de la recherche

Don

 

Ils témoignent

Vanessa« J’avais 32 ans quand le cancer m’est tombé dessus. C’était un cancer du sein détecté à un stade précoce, et j’ai été traitée par chirurgie et par radiothérapie. Mais le cancer a récidivé, et cette fois, il était invasif. J’étais enceinte de sept mois et demi, et il fallait faire vite. À peine une semaine après le diagnostic, on m’a fait une césarienne, puis j’ai subi l’ablation totale de mon sein. J’ai ensuite été traitée par chimiothérapie puis par thérapie ciblée. J’ai aussi subi l’ablation préventive de l’autre sein. Je suis toujours suivie de très près. J’ai aujourd’hui 38 ans, mon fils a 4 ans, et nous allons bien tous les deux. Je suis heureuse malgré ce parcours difficile. Je souhaite profiter de la vie et voir grandir mon petit garçon. J’ai des projets plein la tête. Aussi, je compte beaucoup sur les avancées médicales et sur la recherche. »

Vanessa, 38 ans

 

« Nous sommes à l’aube d’avancées spectaculaires dans la chirurgie du cancer. Pour offrir à tous les patients, les bénéfices de ces progrès, nous avons besoin, plus que jamais, du soutien de la Fondation ARC.
Au nom de tous les chercheurs, merci pour votre implication. »

Dr Michele Diana - IHU de Strasbourg

 

« C’est grâce à la Fondation ARC que nous avons pu démontrer la pertinence de nos idées et transformer les résultats obtenus dans notre laboratoire à l’Institut Pasteur en essai clinique. Le soutien de la Fondation nous laisse déjà envisager un autre essai clinique (de phase 2) pour démontrer le bénéfice de notre traitement chez l’homme ».

Pr Vincent Mallet
 

Bloc institutionnel
Bloc institutionnel

 


 


Retrouvez-nous sur les réseaux sociaux

Les ressources de la Fondation ARC proviennent exclusivement de la générosité de ses donateurs et testateurs

Vous bénéficiez d'une réduction d'impôt à hauteur de 66% du montant de votre don, si vous êtes imposable sur le revenu, et de 75% si vous êtres assujetti à l'IFI (sous réserve de maintien du barème dans le cadre du projet de loi de finances 2018)