Back to top

Contribuer

à la recherche sur le cancer

Soutenez la recherche sur le cancer

pour sauver toujours plus de vies

Contribuer à la recherche sur le cancer :
Don ponctuel
Don mensuel
Punctual donation buttons
Regular donation buttons

Soutenez la recherche sur le cancer

pour sauver toujours plus de vies

Projet soutenu

Comprendre l’altération de la synthèse des protéines dans les cellules cancéreuses

Des anomalies affectant la synthèse des protéines sont fréquentes dans les cancers et favorisent le développement des tumeurs et leur dissémination. Mieux connaitre ces mécanismes de régulation pourrait fournir de nouvelles cibles thérapeutiques. C’est pourquoi Marie Cargnello s’intéresse à ces anomalies depuis de nombreuses années et poursuit son travail dans le cadre d’un second post-doctorat qu’elle réalise au sein de l’équipe de Stefania Millevoi au Centre de recherches en cancérologie de Toulouse (CRCT). Nous la soutenons pour deux années et à l’occasion de la présentation d’un poster au cours des Journées Jeunes Chercheurs 2018, elle a reçu le Prix Hélène Starck de la Fondation ARC.

Contexte et objectif du projet

Le séquençage du génome a permis d’expliquer comment certaines mutations génétiques prédisposent aux cancers, déclenchent leur développement ou conditionnent la réponse à un traitement. Mais on sait aujourd’hui que ces comportements ne dépendent pas uniquement des mutations portées dans l’ADN de gènes clefs. Ils sont également liés à des dysfonctionnements au cours de la synthèse des protéines, propices au développement de la tumeur.

Les grandes étapes de l’expression des gènes sont connues depuis longtemps : l’ADN, molécule qui porte l’information contenue dans les gènes, est parcouru par de nombreuses enzymes qui sont capables de le « lire » et de synthétiser simultanément une molécule chimiquement proche, l’ARN, pour chaque gène rencontré. Chaque ARN dit « messager » (ARNm) est ensuite pris en charge par de nombreuses autres enzymes qui l’utilisent comme guide pour produire une protéine, c’est l’étape de la traduction. Les chercheurs savent déjà que l’organisation structurale des ARNm joue un rôle important dans le contrôle de la traduction en modifiant l’accès et la fixation des enzymes qui se lient à ces ARNm.

Dans le cadre de son post-doctorat, Marie Cargnello entend comprendre les mécanismes et identifier les molécules susceptibles d’induire des modifications de la structure des ARNm. Elle utilise pour cela des lignées de cellules tumorales, purifie les ARN et leurs protéines associées en vue de les caractériser. Elle travaille également sur des cellules cancéreuses exposées à des agents de chimiothérapie qui altèrent l’intégrité de l’ADN ; la chercheuse espère notamment mettre en évidence les mécanismes de contrôle de la traduction qui permettent aux cellules cancéreuses de s’adapter lors des traitements et de limiter les dégâts causés par ces thérapies. La meilleure connaissance de ces mécanismes d’adaptation pourrait permettre le développement de nouvelles thérapies d’ici quelques années pour contrecarrer la croissance tumorale et la résistance aux traitements.

Le porteur du projet

Marie CargnelloMarie Cargnello effectue un second post-doctorat dans l’équipe de Stefania Millevoi au Centre de Recherches en Cancérologie de Toulouse (CRCT). L’équipe qui s’intéresse au rôle des protéines de liaison à l’ARN et des mécanismes post-transcriptionnels dans le développement tumoral est composée d’une dizaine de personnes. Avant cela, Marie Cargnello a soutenu sa thèse à l’Université de Montréal en 2014 à l’issue de travaux sur les voies de signalisation impliquées dans le cancer. Elle a ensuite effectué un premier post-doctorat à l’Université McGill, toujours au Canada pendant lequel elle s’est concentrée sur l’altération de la synthèse des protéines dans les cancers. Elle a publié cing articles entre 2015 et 2018. Elle poursuit donc avec ce second post-doctorat un projet de recherche dans la ligne de sa thématique.

Notre soutien

Ce second post-doctorat marque le retour en France de Marie Cargnello. Dans le cadre de cette réintégration, nous finançons les deux années de post-doctorat de Marie Cargnello pour 119 598 euros. Elle a par ailleurs reçu le Prix Hélène Starck de la Fondation ARC pour un montant de 1000 euros pour la présentation d’un poster lors des Journées Jeunes Chercheurs 2018.


A. R.


Contenus en lien avec cet article

Retrouvez-nous
sur les réseaux sociaux