Back to top
Intro donation

Contribuer

à la recherche sur le cancer

Contribuer à la recherche sur le cancer :
Don ponctuel
Don mensuel
Punctual donation buttons
Regular donation buttons

Projet soutenu

Comprendre les difficultés du retour au travail pour mieux accompagner les femmes après un cancer du sein

Retrouver une vie professionnelle satisfaisante peut être une étape importante de la vie des patients ou anciens patients traités pour un cancer. Parmi les femmes touchées par un cancer du sein, nombreuses sont celles qui sont encore en âge de travailler au moment du diagnostic mais doivent interrompre ou aménager leur activité. Différentes études constatent des difficultés à la reprise du travail, sans que l’on connaisse précisément les ressorts de celles-ci. Pour éclaircir ces questions et proposer des pistes afin de mieux accompagner les patientes, Gwenn Menvielle, docteure en santé publique-épidémiologie, Agnès Dumas, docteure en sociologie et Inès Vaz-Luis, oncologue médicale, ont initié l’étude CANTO-WORK en 2017. Nous soutenons ce projet pour trois ans à hauteur de 369 500 euros.

Contexte et objectif du projet

En France, plus de 50 000 femmes reçoivent un diagnostic de cancer du sein chaque année. Parmi elles, environ 20 % ont moins de 50 ans, la proportion de femmes qui sont encore actives professionnellement est donc très importante parmi les patientes et anciennes patientes. Or les cancers du sein et leurs traitements imposent souvent un arrêt ou, a minima, un aménagement, de l’activité professionnelle. Outre le fait que cet impact de la maladie peut être vécu, en soi, comme une baisse de qualité de vie, il implique aussi souvent une diminution des revenus. L’étude VICAN5, réalisée auprès de patients touchés par différents cancers, révèle ainsi qu’une personne sur cinq n’est plus en emploi cinq ans après avoir reçu un diagnostic de cancer entre 18 et 54 ans. Pour comprendre l’origine des difficultés, il est indispensable de s’intéresser aux trajectoires individuelles, de considérer non pas l’ensemble des patients atteints de cancer mais d’identifier les épreuves que rencontrent les patients en fonction de la maladie qu’ils ont (eu) à combattre et des séquelles qu’ils en gardent, tant sur le plan physique que psychologique, en fonction de leur environnement social, familial ou, bien-sûr, professionnel… C’est dans cette optique que Gwenn Menvielle, docteure en santé publique et épidémiologie, Agnès Dumas, docteure en sociologie spécialiste des questions d’insertion professionnelle, et Inès Vaz-Luis, oncologue médicale ont conçu et mis en œuvre l’étude CANTO-WORK, basée sur l’analyse de la grande cohorte CANTO, qui rassemble plus de 12 000 femmes traitées pour un cancer du sein.

Octobre Rose


Grâce à cette cohorte, les chercheuses disposent de données très précises sur la tumeur, les traitements reçus, les séquelles de la maladie, la situation socioéconomique, la situation familiale, les conditions de travail avant et après le retour au travail, et les raisons du retour au travail. Des marqueurs génétiques et biologiques sont aussi collectés. Toutes ces données sont recueillies au diagnostic, à la fin des traitements puis 12, 36 et 60 mois après la fin des traitements. Des entretiens sont aussi réalisés auprès de patientes et de cliniciens pour mieux appréhender les raisons du faible recours observé aux outils déjà existants qui permettent de réduire les séquelles de la maladie en vue de faciliter un retour au travail (interventions comportementales et psychosociales).

En permettant de confronter toutes ces données, l’étude CANTO-WORK devrait aider à comprendre l’origine et les conséquences – sur le retour au travail – de certaines séquelles, comme la fatigue, par exemple, si souvent rapportée chez les patientes, même plusieurs années après les traitements.

Enfin, le but ultime de l’étude est de concevoir une intervention, dès la prise en charge initiale des patientes, visant à réduire les séquelles physiques, cognitives et psychologiques du cancer du sein et à améliorer le retour au travail des femmes qui le souhaitent.

Le porteur de projet

Gwenn MenvielleGwenn Menvielle, docteure en santé publique et épidémiologie au sein de l’équipe de recherche en épidémiologie sociale (ERES-IPLESP, Paris), coordonne l’étude CANTO-WORK, qu’elle a conçue avec Agnès Dumas, docteure en sociologie (Gustave Roussy, Villejuif) et Inès Vaz-Luis, oncologue médicale (Gustave Roussy, Villejuif). Leurs trois expertises complémentaires permettront d’appréhender la question le plus largement possible et d’ouvrir des pistes concrètes pertinentes. Des biostatisticiens, des bioinformaticiens et des data-managers prendront aussi part au projet pour traiter l’ensemble des données générées.

Notre soutien

En 2017, nous avons choisi de soutenir le projet porté par Gwenn Menvielle pour une durée de trois ans, à hauteur de 369 500 euros.


R. D. 


Contenus en lien avec cet article

Retrouvez-nous
sur les réseaux sociaux