Back to top
Intro donation

Contribuer

à la recherche sur le cancer

Contribuer à la recherche sur le cancer :
Don ponctuel
Don mensuel
Punctual donation buttons
Regular donation buttons

Projet soutenu

Développer une nouvelle piste thérapeutique contre les cancers de la prostate en ciblant le canal calcique TRPV6

L’analyse d’une protéine liée à l’agressivité des cancers de la prostate a mené V’yacheslav Lehen’kyi et ses collègues à mettre au point des anticorps qui pourraient constituer un nouveau traitement pour les cancers avancés de la prostate.

A Lille, dans le laboratoire PHYCELL dirigé par Natalia Prevarskaya, V’yacheslav Lehen’kyi s’intéresse au rôle du canal calcique TRPV6 dans la biologie des cellules du cancer de la prostate. Ses travaux ouvrent aujourd’hui des perspectives cliniques très intéressantes. En décembre 2016, nous avons choisi de soutenir ce projet à hauteur de 50 000 euros sur deux ans.

Contexte et objectif du projet

Les cancers de la prostate touchent près de 50 000 nouveaux cas chaque année. Si la prise en charge des formes précoces est généralement très efficace, celle des patients dont la tumeur est très avancée ou agressive reste complexe et de nouvelles approches thérapeutiques doivent être développées. Dans cette optique, V’yacheslav Lehen’kyi et ses collègues du laboratoire PHYCELL (Université Lille 1 et INSERM 1003) s’intéressent au rôle du canal calcique TRPV6 dans les cellules du cancer de la prostate.

Ce canal est un assemblage de protéines situé dans la membrane de certaines cellules et dont la fonction normale est de servir de « porte d’entrée » au calcium. Il sert ainsi à l’absorption du calcium dans l’intestin et à sa réabsorption au niveau du rein. Or, en comparaison avec des tissus normaux, la protéine TRPV6 est présente en forte quantité dans les tumeurs prostatiques, ainsi que dans les cancers du côlon, du sein, de la thyroïde ou de l’ovaire. De plus, il a été montré que la quantité de TRPV6 était corrélée à l’agressivité des tumeurs de la prostate.

En un peu plus de dix ans, V’yacheslav Lehen’kyi et ses collègues ont pu décrypter les mécanismes cellulaires et moléculaires sous-jacents à l’action du canal TRPV6 dans les cellules des cancers de la prostate. Leur objectif, dorénavant, est de mettre au point des anticorps qui reconnaissent des zones précises du canal. Certains de ces anticorps, en se fixant sur TRPV6, sont capables de refermer le canal et ainsi d’empêcher l’entrée de calcium dans les cellules cancéreuses. Ils doivent être évalués pour leur potentiel antitumoral et pourraient constituer, à terme, une première thérapie ciblée pour les cancers de la prostate avancés. D’autres pourraient être développés en tant que potentiels outils de diagnostic ou de pronostic.

Le porteur de projet et son équipe

Lehen’kyiV'yacheslav Lehen’kyi est diplômé de pharmacologie (Institut de Pharmacologie et de Toxicologie de Kyiv, Ukraine) et de biologie (Université Taras Shevchenko de Kiev, Ukraine). Il a réalisé plusieurs post-doctorats en France et en Ukraine avant de rejoindre, en tant que maître de conférence, le laboratoire PHYCELL (Université Lille 1 et INSERM 1003) dirigé par le Professeur Natalia Prevarskaya.

Les travaux menés dans le laboratoire PHYCELL portent sur l’identification de nouveaux biomarqueurs tumoraux et de nouvelles cibles thérapeutiques. Les chercheurs de cette équipe ont acquis une expertise reconnue internationalement sur le rôle des canaux ioniques dans le développement des cancers, notamment des cancers de la prostate. Ces canaux sont des protéines dont la fonction première est de contrôler le passage du calcium, du potassium, du sodium ou du chlore, par exemple, à travers les membranes des cellules.

Outre V’yacheslav Lehen’kyi et Natalia Prevarskaya, le présent projet implique le Docteur Adriana Mihalache, médecin anatomopathologiste au CHU de Lille, Laurent Allart, technicien de recherche Inserm et Aurélien Haustrate, doctorant de l’Université Lille 1.

Notre soutien

En décembre 2016, nous avons choisi de soutenir ce projet mené par V'yacheslav Lehen’kyi par une subvention « Projet Fondation ARC », à hauteur de 50 000 euros sur deux ans.


R. D.


Contenus en lien avec cet article

Retrouvez-nous
sur les réseaux sociaux