Back to top
Intro donation

Contribuer

à la recherche sur le cancer

Contribuer à la recherche sur le cancer :
Don ponctuel
Don mensuel
Punctual donation buttons
Regular donation buttons

Projet soutenu

Quand la pollution atmosphérique contribue au développement de cancers du sein

Le projet de recherche du Dr Béatrice Fervers (Lyon), soutenu par la Fondation ARC dans le cadre de l’appel à projet CANC’AIR, explore le lien entre l’exposition aux perturbateurs endocriniens présents dans l’air et le développement des cancers du sein.

On parle souvent des perturbateurs endocriniens (PE) présents dans l’alimentation ou les objets de la vie courante, on connaît moins les perturbateurs endocriniens présents dans l’air. C’est à eux que s’intéresse l’équipe dirigée par le docteur Béatrice Fervers (Lyon). 

Son projet de recherche, soutenu par la Fondation ARC dans le cadre de l’appel à projet CANC’AIR, explore le lien entre l’exposition aux perturbateurs endocriniens présents dans l’air et le développement des cancers du sein, en s’appuyant sur une large cohorte de 100 000 femmes nées entre 1925 et 1950 suivies depuis 1990 (la cohorte E3N1).

Le projet croise l’histoire médicale des femmes de la cohorte avec leur histoire résidentielle afin de reconstituer leur exposition aux polluants. Il tient compte, dans ses analyses, de l’exposition alimentaire aux PE afin de corriger une éventuelle surestimation du risque. Il intègre aussi d’autres facteurs comme les modes de vie, le nombre d’enfants et l’allaitement, les traitements hormonaux, qui peuvent avoir un impact positif ou négatif sur le développement de cancers du sein.

« Nous avions déjà fait une étude qui montrait un sur-risque de cancer du sein chez les femmes nées en ville, explique Béatrice Fervers. Plusieurs autres études internationales suggèrent un lien entre pollution atmosphérique et cancer du sein mais les résultats sont contradictoires. Le projet soutenu par la Fondation ARC va nous permettre de creuser cette hypothèse en croisant l’histoire résidentielle de 13 000 femmes de la cohorte E3N avec l’exposition aux polluants atmosphériques, notamment ceux avec un possible impact hormonal tels les hydrocarbures aromatiques polycycliques (HAP), le cadmium ou encore les dioxines, mais également les particules fines et les dioxydes d’azote. La caractérisation de l’exposition repose sur des modèles de dispersion et un système d’information géographique. Par ailleurs, nous allons tâcher de déterminer si certains polymorphismes génétiques rendent plus susceptible à cette exposition, en étudiant l’impact des variations génomiques chez une sous-population de 2 500 femmes ayant eu un cancer du sein comparée à une population témoin de 2 500 femmes. Nous étudierons également l’impact des altérations de la méthylation de l’ADN (un mécanisme épigénétique qui régule l’expression des gènes) sur une population de 250 femmes comparée à une population témoin de 250 femmes2. »

Les travaux de Béatrice Fervers permettront de mieux connaître l’impact des polluants de l’air qui sont de potentiels perturbateurs endocriniens afin de contribuer à la mise en oeuvre de mesures de prévention à l’échelle des populations.Ils permettront aussi d’identifier des sous-populations plus vulnérables à la pollution du fait de caractères génétiques ou épigénétiques, ce qui pourrait contribuer, à terme, à une meilleure prise en charge (prévention et traitement) des individus les plus exposés à la survenue de cancers.


1. La cohorte E3N suit depuis 1990 100 000 femmes affiliées à la MGEN pour étudier les facteurs de risque de cancer chez les femmes.
2. Le projet s’inscrit dans la poursuite de la collaboration avec l’UMR 1018 INSERM IGR Équipe Mode de vie, gènes et santé (Françoise Clave, Laura Baglietto et Marie-Christine Boutron) et implique les partenaires suivants : Pietro Salizzoni (École Centrale de Lyon), David Cox (Centre de recherche en cancérologie de Lyon (CRCL- INSERM U 1052/CNRS UMR 5286), John Gulliver (Imperial College, Londres), Julien Caudeville, Bertrand Bessagnet (INERIS), Karen Leffondré (ISPED, Bordeaux). Le projet accueille deux post-doctorants en épidémiologie (Delphine Praud, bourse post-doctorale de la Ligue ; Xavier Morelli)
.


Contenus en lien avec cet article

Retrouvez-nous
sur les réseaux sociaux