Back to top
Intro donation

Contribuer

à la recherche sur le cancer

Contribuer à la recherche sur le cancer :
Don ponctuel
Don mensuel
Punctual donation buttons
Regular donation buttons

Système immunitaire VS cancer, une guerre de plus de 100 ans

Stimuler le système immunitaire pour qu’il lutte contre un cancer est une stratégie qui ne date pas d’hier.

 

En 1891, William B. Cooley, que certains considèrent comme le père de l’immunothérapie, rapportait déjà1 le travail de confrères qui injectaient des cultures bactériennes aux patients atteints de sarcomes inopérables.

A l’époque, la stimulation du système immunitaire n’est pas à proprement parlé un objectif conscient. Cooley énonce dans son article de 1891 les différentes hypothèses envisagées pour expliquer le mode d’action de la stratégie testée : (1) les bactéries inoculées attaquent directement les cellules malignes, (2) la température élevée due à l’infection dégrade directement les cellules de « faible vitalité » et (3), les sarcomes ou carcinomes ont une origine bactérienne et les germes utilisés lors de l’inoculation entrent en compétition avec ceux qui causent le cancer.

Les différents essais réalisés par Cooley et d’autres médecins de l’époque montrent qu’une réaction anti-tumorale a bien lieu lors de l’infection aigüe. Mais, malgré ces résultats encourageants, le scepticisme d’une partie du corps médical et surtout l’existence d’effets secondaires importants eurent raison de cette piste thérapeutique rapidement supplantée par le développement de la chirurgie et de la radiothérapie.

Dès la moitié du 20ème siècle, les premières descriptions des mécanismes cellulaires et moléculaires de l’immunité ont permis l’entrée en scène des interférons, molécules stimulatrices du système immunitaire et naturellement produites lors d’infections virales. Sur la base d’évidences biologiques solides, ces molécules devaient permettre une stimulation du système immunitaire et donc une régression tumorale. Ainsi, une quarantaine d’année après le décès de Cooley, les immunothérapies ouvraient à nouveau des perspectives dans la prise en charge des patients.

Finalement, les stimulations du système immunitaire se sont précisées. Les recherches actuelles portent sur les relations étroites entre les cellules cancéreuses, leur environnement immédiat et les multitudes de cellules immunitaires qui sont susceptibles d’infiltrer la zone tumorale. Les stratégies permettent d’envisager l’action combinée de traitements qui vont agir spécifiquement sur une catégorie de cellules immunitaires, sur un mécanisme de blocage… Mais aujourd’hui encore il est capital de continuer à creuser, les liens entre tumeurs et système immunitaire sont encore loin d’être totalement dénoués…


1. Il publie en 1891, dans le journal Annals of Surgery, une description du suivi de plusieurs patient(e)s atteints de sarcomes. L’article, en anglais, est disponible en ligne gratuitement et donne une vision très intéressante de la manière dont les patients atteints de sarcomes pouvaient être pris en charge en cette fin du 19ème siècle.


Retrouvez-nous sur les réseaux sociaux

Les ressources de la Fondation ARC proviennent exclusivement de la générosité de ses donateurs et testateurs.

Vous bénéficiez d'une réduction d'impôt à hauteur de 66 % du montant de votre don, si vous êtes imposable sur le revenu, et de 75 % si vous êtes assujetti à l'IFI (sous réserve de maintien du barème dans le cadre du projet de loi de finances 2018).