Back to top
Intro donation

Contribuer

à la recherche sur le cancer

Contribuer à la recherche sur le cancer :
Don ponctuel
Don mensuel
Punctual donation buttons
Regular donation buttons

385 000 le nombre de nouveaux cas de cancer pour l'année 2015

Notre objectif : guérir 2 cancers sur 3 en 2025 (vs 1 sur 2 aujourd'hui)

Les traitements et soins de support

Après l’annonce du diagnostic, la prise en charge du cancer se met en place : elle fait appel à plusieurs traitements qui s’articulent tout au long du parcours de soins. Durant cette période de temps, de nombreux professionnels peuvent venir en aide au patient ou à sa famille, pour aborder les questions médicales, mais aussi sociales ou psychologiques.

La prise en charge

Après l’annonce du diagnostic, la prise en charge du cancer se met en place.

L'annonce de la maladie

L’entrée dans la maladie est toujours un moment douloureux pour le patient et ses proches. Le diagnostic est souvent difficile à accepter et la méconnaissance des différentes étapes de la prise en charge accentue ce sentiment. Depuis la mise en place du premier Plan cancer, le parcours de soins est mieux balisé.

Le premier Plan cancer a institué la mise en place d’une consultation d’annonce pour toutes les personnes chez lesquelles un cancer a été diagnostiqué. Ce dispositif est en cours de généralisation en France. L’objectif est de rendre l’épreuve moins traumatisante et de favoriser les échanges entre le patient et des interlocuteurs privilégiés au sein de l’établissement où il est pris en charge.

Il est ainsi prévu que le patient soit d’abord reçu par un médecin. Celui-ci lui fait part du diagnostic et de la stratégie thérapeutique qui a été envisagée par un groupe de spécialistes de l’établissement lors d’une réunion de concertation pluridisciplinaire (RCP).


La prise en charge du patient

Le patient rencontre de nombreux professionnels médicaux ou paramédicaux durant son parcours de soins. Bien connaître le rôle de chacun permet de savoir vers qui se tourner en cas de difficultés ou d’interrogations.

L’anatomo-pathologiste est un médecin qui analyse les biopsies à partir desquelles sont établis le diagnostic initial de la maladie, puis d’éventuels bilans de son évolution.

Le cancérologue ou oncologue est un médecin spécialiste du cancer. Il peut être chirurgien oncologue, radiothérapeute oncologue ou encore oncologue médical selon son domaine  d’expertise thérapeutique (chirurgie, radiothérapie ou traitements médicamenteux).

Le radiologue est un médecin spécialiste des techniques d’imagerie et de l’interprétation de leurs résultats.

L’infirmier est en charge des soins, de l’administration des traitements et de la surveillance des malades.

Le kinésithérapeute  réalise  des  actes  manuels  ou  utilise des appareils pour favoriser le mouvement et/ou la rééducation  de  certaines  parties  du  corps  qui  peuvent  être atteintes durant la maladie.


Traitements & soins

Après l’annonce du diagnostic, la prise en charge du cancer se met en place : elle fait appel à plusieurs traitements qui s’articulent tout au long du parcours de soins.

Participer à un essai clinique

Un essai clinique est une étude scientifique réalisée sur l’homme. C’est une étape indispensable et obligatoire au développement de nouveaux traitements contre le cancer. Participer à un essai clinique rend peut permettre d’accéder à un traitement innovant.

Les essais cliniques permettent d’évaluer, chez des personnes volontaires, des traitements élaborés et préalablement testés en laboratoire.

Un essai clinique a pour objectif de s’assurer qu’un nouveau traitement est plus efficace que celui de référence et qu’il est bien toléré, ou parfois qu’il est aussi efficace mais mieux toléré.

En cancérologie, on évalue ainsi les nouvelles molécules, leurs différents modes d’administration (voie orale ou par injection, fréquence…), les nouveaux protocoles de chirurgie, de radiothérapie ou encore les associations
de traitements. D’une durée variable, l’essai est lancé à l’initiative d’un promoteur, le plus souvent une structure telle qu’une université, un laboratoire pharmaceutique, un institut de recherche public ou privé, un hôpital, etc.


Les soins de support

En complément des traitements destinés à combattre le cancer, les soins dits de support ont fait leur apparition ces vingt dernières années.

Ils visent à garantir au malade la meilleure qualité de vie possible et à faciliter son quotidien en prenant en charge les effets secondaires des traitements ainsi que la douleur associée à la maladie.

Certains établissements disposent d’équipes spécifiquement dédiées aux soins de support. D’autres possèdent des unités multidisciplinaires spécialisées dans la prise en charge de la douleur.

Vomissements, fatigue, inflammation de la muqueuse buccale (mucite), anémie… La plupart des effets secondaires des traitements antitumoraux peuvent aujourd’hui être traités ou prévenus grâce à une prise en charge spécifique. La douleur engendrée par la maladie, les traitements ou certains actes de soins peut elle aussi être prévenue ou soulagée. Sa prise en charge dépend de la nature et de l’intensité de la douleur.


Les soins palliatifs

Les soins palliatifs ont pour objectif d'assurer aux patients - enfants ou adultes - la meilleure qualité de vie possible lorsque les options thérapeutiques disponibles ne permettent pas d'envisager une guérison.

Les équipes spécialisées en soins palliatifs proposent au patient une prise en charge de ses symptômes physiques, au premier rang desquels la douleur, de ses souffrances psychologiques, un soutien dans ses questionnements spirituels et un accompagnement face aux difficultés sociales et administratives. Ce travail nécessite donc l’implication de professionnels d’horizons variés ; il peut compléter les soins dits « curatifs » (qui visent à traiter spécifiquement la maladie) mais peut également les remplacer lorsque ces derniers n’apportent plus de bénéfice au patient. L’accompagnement de la fin de vie est en effet l’un des enjeux majeurs des soins palliatifs ; ils sont un relai précieux pour les équipes médicales jusqu’alors en charge du patient et de sa maladie.


Retrouvez-nous sur les réseaux sociaux

Fondation ARC, reconnue d’utilité publique.