Back to top

Contribuer

à la recherche sur le cancer

Ensemble, agissons pour guérir

2 cancers sur 3 d'ici 2025

Contribuer à la recherche sur le cancer :
Don ponctuel
Don mensuel
Punctual donation buttons
Regular donation buttons

Ensemble, agissons pour guérir

2 cancers sur 3 d'ici 2025

09 octobre 2018

La Fondation ARC remet 50 000 euros au chercheur Jean-François Dumas

Pour ses recherches sur le métabolisme des cellules cancéreuses du sein, la Fondation ARC remet 50 000 euros au chercheur Jean-François Dumas, enseignant-chercheur au Laboratoire Nutrition Croissance et Cancer.

La Fondation ARC pour la recherche sur le cancer a remis aujourd’hui une subvention de 50 000 euros à Jean-François Dumas, maître de conférences à l’Université de Tours et chercheur au Laboratoire Nutrition Croissance et Cancer (Université de Tours Inserm UMR1069) pour ses recherches sur le métabolisme des cellules cancéreuses mammaires.

JF Dumas

L’objectif : comprendre pourquoi certains cancers résistent à la doxorubicine, une chimiothérapie fréquemment prescrite dans le cadre du traitement du cancer du sein.

Les recherches menées par Jean-François Dumas portent sur les mitochondries, des sortes de micro-usines qui produisent, au coeur même des cellules, l’énergie nécessaire à leur survie et à leur fonctionnement. Les mitochondries sont par ailleurs impliquées dans l’émission des messages déclenchant la mort de la cellule en cas d’anomalies majeures.

Au sein des mitochondries, l’équipe de Jean-François Dumas s’intéresse aux cardiolipines, des lipides qui entrent dans la composition de la charpente de ces usines à énergie. Les chercheurs tourangeaux explorent la relation entre la quantité de cardiolipines, la capacité des mitochondries à produire de l’énergie ou encore les messages déclenchant la mort cellulaire. Le chercheur explique : « Notre hypothèse est la suivante : les cellules cancéreuses émettent moins bien les signaux déclenchant l’apoptose, c’est-à-dire la mort cellulaire, lorsque leurs mitochondries contiennent peu de cardiolipines - ou bien des cardiolipines immatures en excès. Ce phénomène pourrait expliquer la survie ou la résistance de ces cellules cancéreuses aux dommages causés par la doxorubicine. Les travaux financés par la Fondation ARC vont permettre d’explorer les processus impliqués dans les variations de quantité et de maturation des cardiolipines et de déterminer leur lien avec l’absence d’apoptose. Notre objectif est d’identifier des mécanismes et des marqueurs de la résistance ou de l’efficacité de cette chimiothérapie qui permettront de mieux guider le choix des traitements proposés aux patientes. Dans un second temps, nos travaux pourraient déboucher sur l’identification de molécules susceptibles d’améliorer l’efficacité du traitement en agissant sur la quantité de cardiolipines. » Ainsi, dans le cadre du projet financé par la Fondation ARC l’équipe initiera la recherche de molécules capables de moduler la quantité et l’activité des principales enzymes responsables de la maturation des cardiolipines. Ils testeront leurs effets sur des cellules cancéreuses mammaires afin des déterminer si elles permettent d’améliorer l’efficacité de la doxorubicine pour les détruire.

Lors de la remise de subvention, François Dupré, directeur général de la Fondation ARC, a insisté sur l’expertise de l’équipe tourangelle : « Le projet de Jean-François Dumas est porté par une équipe experte du métabolisme, un champ de la recherche particulièrement prometteur dans le domaine du cancer. Ce projet de recherche fondamentale porte l’espoir de parvenir à mieux comprendre pourquoi certaines tumeurs du sein résistent aux traitements. Il illustre l’importance du soutien à la recherche fondamentale qui permet de renforcer le socle de connaissances indispensable au développement d’une recherche plus appliquée et de nouveaux traitements pour les patients. »

L'engagement de la Fondation ARC en Grand Ouest

Sur les cinq dernières années, de 2013 à 2017, la Fondation ARC a attribué son soutien à 71 nouveaux projets de recherche sur les cancers en région Grand-Ouest (incluant les régions Bretagne, Centre, Pays de la Loire et Poitou-Charentes), pour un montant de près de 4,5 millions d’euros.


Contact

Pour toute question, merci de contacter notre service relations presse.

Par email :

Par téléphone : 01 45 59 59 48 / 06 45 10 52 75


 


Contenus en lien avec cet article

Retrouvez-nous
sur les réseaux sociaux