Back to top
Intro donation

Contribuer

à la recherche sur le cancer

Contribuer à la recherche sur le cancer :
Don ponctuel
Don mensuel
Punctual donation buttons
Regular donation buttons

Cancer de la prostate : ce que permet l’IRM multiparamétrique

Depuis une quinzaine d’années, l’évolution de l’imagerie par résonance magnétique (IRM) a permis d’important progrès dans le diagnostic des cancers de la prostate.

Depuis une quinzaine d’années, l’évolution de l’imagerie par résonance magnétique (IRM) a permis d’important progrès dans le diagnostic des cancers de la prostate. Cette technique a notamment bénéficié d’une diversification des protocoles utilisés (on parle d’IRM multiparamétrique) et permet actuellement de déceler bien plus efficacement des foyers tumoraux de petite taille, moins accessibles aux biopsies et potentiellement agressifs.

Si l’IRM « classique » permet de visualiser les volumes anatomiques, deux approches alternatives permettent de visualiser d’autres propriétés des tissus.

  • L’IRM dite « de perfusion »  révèle la densité de la micro vascularisation (les tissus atteints sont généralement riches en micro vaisseaux sanguins).
  • L’IRM dite « de diffusion », elle, informe sur la capacité des tissus à laisser diffuser les molécules d’eau (là encore, cette diffusion est affectée par la présence d’une tumeur).

Utilisées conjointement, ces techniques ont nettement amélioré la sensibilité et la spécificité de l’IRM. Elles génèrent aussi de nouvelles données que les chercheurs et les médecins tentent d’exploiter pour mieux décrire la maladie et prédire son évolution.


 


Retrouvez-nous
sur les réseaux sociaux