Back to top
Intro donation

Contribuer

à la recherche sur le cancer

Contribuer à la recherche sur le cancer :
Don ponctuel
Don mensuel
Punctual donation buttons
Regular donation buttons

Les cancers de l'estomac

Cancers de l'estomac : les espoirs de la recherche

Améliorer les traitements disponibles et mettre au point des stratégies thérapeutiques innovantes sont les objectifs majeurs des scientifiques impliqués dans la recherche contre les cancers de l’estomac.

Améliorer les protocoles de traitement

Les associations de traitements – chimiothérapie, chirurgie, radiothérapie – et les modalités de ces associations font l’objet d’intenses recherches. L’objectif est d’identifier les protocoles les plus efficaces pour chaque stade de la maladie. Pour y parvenir, les chercheurs font varier des paramètres aussi différents que l’ordre dans lequel les différents traitements sont administrés, leurs doses (pour la radiothérapie et la chimiothérapie), la nature des molécules antitumorales utilisées… Grâce à ce type de stratégie de recherche, il a récemment été montré qu’une chimiothérapie méritait d’être systématiquement proposée après la gastrectomie : elle retarde en effet l’évolution de la maladie.

Élargir le recours aux thérapies ciblées

Le trastuzumab est la première thérapie ciblée efficace dans le traitement des cancers gastriques métastatiques. D’autres molécules de thérapie ciblée prometteuses sont actuellement en cours de développement.

La mise au point de nouvelles thérapies ciblées des cancers de l’estomac passe par l’identification de caractéristiques moléculaires spécifiques des cellules composant ces tumeurs. Les scientifiques cherchent ensuite à cibler ces caractéristiques à l’aide de médicaments.

Par ailleurs, de nombreuses thérapies ciblées ont déjà été mises au point pour d’autres cancers. Dans certains cas, elles ciblent des caractéristiques moléculaires que l’on retrouve chez certains patients atteints d’un cancer de l’estomac. Leur efficacité est donc évaluée dans le cadre d’un essai clinique chez les patients concernés. Ainsi, l’utilisation de médicaments ciblant les protéines VEGF (le bevacizumab), EGFR (le cetuximab, le panitumumab), c-met (l’AMG102), mTOR (l’everolimus) ou HER2 (le lapatinib) est étudiée.

Des traitements plus ciblés

Aujourd’hui, on dispose de nouveaux moyens permettant d’apporter une alternative plus adaptée au traitement de la tumeur. C’est le cas, par exemple, en radiothérapie (radiothérapie stéréotaxique) ou avec la chimiothérapie (associée le plus souvent aux thérapies ciblées). Beaucoup d’autres médicaments de thérapie ciblée sont testés et la recherche est très active dans ce domaine. Ainsi, des molécules inhibant de nouvelles cibles thérapeutiques impliquées dans le développement de certains types de cancers du poumon sont à l’étude.

Une autre approche, capable de lutter contre la maladie ou d’éviter sa récidive, se développe : la vaccination thérapeutique (ou immunothérapie spécifique). Contrairement à la vaccination préventive, elle vise à stimuler les réponses immunitaires des patients quand la maladie est déjà déclarée. Une des idées est de stimuler le système immunitaire du patient et particulièrement certains globules blancs (les lymphocytes T) pour qu'ils reconnaissent et détruisent les cellules malignes. D’autres immunomodulateurs sont en développement, permettant de « booster » le système immunitaire pour l’aider à reconnaître les cellules malignes (anticorps anti-PD1 ou PD-L1 par exemple).

La Fondation ARC et la recherche sur les cancers de l'estomac

La Fondation ARC finance des équipes qui étudient les mécanismes de formation des cancers de l’estomac, cherchent à développer de nouveaux traitements pour améliorer la prise en charge de ces cancers et travaillent sur les infections bactériennes, facteurs de risque des cancers de l’estomac. Entre 2008 et 2012, 91 projets de recherche sur les cancers de l’estomac ont été soutenus par la Fondation ARC pour un montant de plus de 4,6 millions d’euros.

 

Mieux comprendre les mécanismes de formation des cancers de l’estomac

Les cellules de la muqueuse recouvrant l’intérieur de l’estomac ont la capacité de proliférer pour reconstituer la paroi de l’organe en cas de lésions, causées par des infections bactériennes ou des ulcères. Les mécanismes qui contrôlent cette prolifération sont déréglés dans les cellules cancéreuses. La Fondation ARC soutient des projets de recherche qui ont pour objectif d’identifier l’origine de ces anomalies. Plusieurs hypothèses sont étudiées, comme certaines maladies entraînant une inflammation de l’estomac qui pourraient jouer un rôle important dans ces processus. D’autres équipes étudient les mécanismes qui assurent le bon fonctionnement de l’organe. La défaillance de certains de ces mécanismes serait aussi spécifique des cancers de l’estomac. L’un des enjeux des recherches est également de mieux connaître les protéines qui sont impliquées dans la structure de l’estomac et son organisation. Ce travail est essentiel pour comprendre comment se forment les tumeurs de l’estomac et les métastases qui en sont issues. Ces études devraient aussi permettre d’identifier de nouvelles cibles de traitements pour les cancers de l’estomac.

 

Développer de nouveaux traitements

La Fondation ARC finance des équipes qui travaillent sur le développement de nouveaux traitements capables de bloquer la prolifération des cellules cancéreuses de l’estomac. D’autres pistes thérapeutiques sont explorées telles que l’élaboration de nouvelles thérapies ciblées pour viser les anomalies moléculaires à l’origine du développement et de la progression des cancers de l’estomac.

 

Améliorer la prévention des cancers de l’estomac

Plusieurs équipes soutenues par la Fondation ARC étudient la survenue des cancers de l’estomac et cherchent à les prévenir ; une piste d’étude sont les infections par la bactérie H. pylori. L’objectif est de découvrir de nouveaux traitements antibactériens permettant de prévenir les cancers en luttant contre cette infection.


Ce dossier a été réalisé avec le concours du Pr Julien Taieb et du Dr Simon Pernot, gastro-entérologues à l’hôpital européen Georges Pompidou (Paris). 


Retrouvez-nous
sur les réseaux sociaux