Back to top
Intro donation

Contribuer

à la recherche sur le cancer

Contribuer à la recherche sur le cancer :
Don ponctuel
Don mensuel
Punctual donation buttons
Regular donation buttons

Les cancers du col de l'utérus

Cancers du col de l'utérus : les facteurs de risque

Le cancer du col de l'utérus peut apparaître à tout âge, à partir de 25-30 ans. Dans la plupart des cas, il est lié à une infection virale.

L'infection par le HPV

L’infection par un virus de la famille des papillomavirus humains (HPV) est la première cause de survenue des cancers du col de l’utérus.

Les HPV sont des virus sexuellement transmissibles très répandus. Plusieurs sous-types peuvent provoquer des lésions qui peuvent devenir précancéreuses (on parle de dysplasies) et dont la gravité augmente avec le temps. Si elles ne sont pas traitées, ces lésions peuvent se transformer en cancer du col de l’utérus. D’autres sous-types ne sont responsables que de condylomes qui ne présentent aucun risque.


Les autres facteurs de risque

Indépendamment de l'infection par le HPV, d'autres facteurs semblent favoriser l'apparition du cancer du col utérin : le fait d’avoir eu plusieurs grossesses, le tabagisme, certaines infections (Chlamydia ou virus de l’herpès), l'immunosuppression…

L’utilisation prolongée de contraceptifs hormonaux pris sous forme de pilule, d'implant, de patch ou de stérilet hormonal a également un impact ; le risque d'apparition du cancer du col de l'utérus augmente avec la durée d'administration du traitement par contraceptifs oraux. Ce risque diminue à l'arrêt de la pilule contraceptive pour devenir quasiment nul 10 ans après l'arrêt du traitement.

Prévenir le cancer du col utérin par la vaccination

Le HPV existe sous plusieurs formes ou « génotypes ». Il a été montré que les infections par les HPV 16 ou 18 sont à l’origine de 70 % des cas de cancers du col de l’utérus dans le monde. L’infection par les HPV 6 ou 11 serait quant à elle responsable de condylomes génitaux. Pour prévenir ces infections, des vaccins préventifs « anti-HPV » ont été mis au point : l’un d’eux, dit « bivalent », protège contre les génotypes 16 et 18, et l’autre couvre les quatre génotypes 6, 11, 16 et 18. Ces vaccins favorisent la production par l’organisme des anticorps capables de protéger l’utérus en cas d’infection virale. Le Haut Conseil de la santé publique (HCSP) recommande que « la vaccination des jeunes filles contre le papillomavirus puisse être pratiquée entre les âges de 11 et 14 ans » afin de les protéger avant qu’elles ne soient exposées à un risque d’infection. De même, il est recommandé que le vaccin soit proposé aux jeunes filles et jeunes femmes de 14 à 19 ans révolus. Toutefois, la prévention du cancer du col de l’utérus ne se limite pas à la vaccination contre les infections à papillomavirus, celle-ci ne se substituant pas au dépistage par le frottis cervico-vaginal.


Ce dossier a été réalisé grâce au concours du Dr Patricia Pautier, oncologue médical et du Dr Christine Haie-Meder, radiothérapeute au Comité de gynécologie de Gustave Roussy (Villejuif).


Retrouvez-nous
sur les réseaux sociaux