Back to top
Intro donation

Contribuer

à la recherche sur le cancer

Contribuer à la recherche sur le cancer :
Don ponctuel
Don mensuel
Punctual donation buttons
Regular donation buttons

Les cancers de l'endomètre

Cancers de l'endomètre : le diagnostic

Seules l’observation et l’analyse de tissus de l’endomètre, prélevés par biopsie ou curetage, permet d’établir un diagnostic définitif.

Il n’existe pas à ce jour d’examen de dépistage du cancer de l’endomètre (le frottis ne permet de dépister que les cancers du col de l’utérus).

C’est la réapparition de saignements vaginaux (les pertes pouvant être aqueuses, plus ou moins colorées de sang) après la ménopause qui doit inciter la patiente à immédiatement consulter un médecin. Celui-ci évaluera, en fonction des conclusions de l’examen clinique, la nécessité de réaliser des examens, lesquels peuvent inclure une échographie et le prélèvement d’un morceau de la paroi utérine. C’est l’analyse de ces tissus au microscope par un anatomopathologiste qui permet de déterminer la nature cancéreuse ou non des cellules et d’établir le diagnostic.

Prélèvement par biopsie

Le prélèvement peut être effectué soit par une biopsie de l'endomètre soit par un curetage de la paroi interne du corps et du col utérin, guidé par une petite caméra appelée endoscope. Pratiquée au cabinet du médecin, sans anesthésie, la biopsie de l'endomètre est réalisée grâce à l'insertion par le col de l'utérus d'un tube fin et souple. Celui-ci permet de prélever par succion un petit fragment du corps utérin.

Prélèvement par curetage

Le curetage biopsique est un examen le plus souvent pratiqué dans un service hospitalier, sous anesthésie. L'utérus est préalablement dilaté avec un gaz pour permettre l'insertion d'un petit instrument de prélèvement. Le curetage ne prend que quelques minutes et la convalescence dure environ une journée. Toutefois des douleurs et de légers saignements peuvent se prolonger pendant une semaine.

Le bilan d'extension

Des examens d’imagerie (l’échographie mais surtout l’IRM) pourront aussi être pratiqués, dans le but d’évaluer l’extension de la maladie au sein de l’utérus et de rechercher une éventuelle extension de la maladie à d’autres organes et aux ganglions de voisinage.


Ce dossier a été réalisé grâce au concours du Dr Patricia Pautier, oncologue médical et du Dr Christine Haie-Meder, radiothérapeute au Comité de gynécologie de Gustave Roussy (Villejuif).


Retrouvez-nous
sur les réseaux sociaux