Back to top
Intro donation

Contribuer

à la recherche sur le cancer

Contribuer à la recherche sur le cancer :
Don ponctuel
Don mensuel
Punctual donation buttons
Regular donation buttons

Les cancers du sein

Cancers du sein : les facteurs de risque

La recherche a permis d’identifier plusieurs facteurs susceptibles d’augmenter le risque de développer un cancer du sein.

L'âge

Deux tiers des cancers du sein surviennent après 50 ans. La maladie est rare chez la femme de moins de 35 ans et tout à fait exceptionnelle au-dessous de 20 ans.


L'hygiène de vie

Des recherches récentes suggèrent que l’alimentation pourrait influencer le développement de certains cancers. Dans le cas des cancers du sein,  cela reste à démontrer. 

Octobre Rose

 

Toutefois, une alimentation de type méditerranéenne (riche en aliments d’origine végétale : légumes, fruits et céréales) est surement préférable. La consommation d’alcool est quant à elle associée à une augmentation faible, mais significative du risque de cancer du sein.
La sédentarité et le surpoids pourraient aussi avoir une influence sur le risque de cancer : ceci est peut-être dû au fait que le tissu graisseux stocke facilement certaines hormones impliquées dans le développement de ces cancers.


Les antécédents familiaux

L’existence de formes familiales de cancer du sein est connue depuis longtemps. La recherche a  mis en évidence des gènes de prédisposition au cancer du sein et/ou de l’ovaire qui sont transmis dans certaines familles.

Ils confèrent un risque important de développer un cancer du sein aux femmes qui en sont porteuses. On estime ainsi que 5 à 10 % des cancers du sein seraient liés à une prédisposition génétique. Certains de ces gènes ont été identifiés. Les plus fréquents sont les gènes mutés BRCA1 et BRCA2. On considère qu’à eux deux, ils sont responsables de plus de 80 % des formes héréditaires de cancers du sein et de l’ovaire associés et de 65 % des formes héréditaires de cancers du sein isolés. En pratique, le risque d’avoir un cancer du sein est double chez une femme dont la mère ou la sœur a eu la maladie. Si le cancer est survenu chez la mère avant la ménopause, les risques chez la fille sont encore plus élevés.

Lorsque plusieurs femmes, parentes au premier ou au deuxième degré, ont été touchées par un cancer du sein et/ou de l’ovaire – notamment à un âge précoce – la prédisposition familiale est possible. Il est alors recommandé d’en parler avec un médecin qui pourra orienter les patientes vers des consultations spécialisées – dites d’oncogénétique – où l’histoire familiale du cancer sera évoquée et pourra déboucher sur des tests génétiques. Pour autant, il faut savoir que tous les gènes de prédisposition n’ont pas été mis en évidence. Il arrive parfois que la fréquence des cas familiaux indique l’existence d’un risque, mais qu’aucun des gènes actuellement identifiés ne soit retrouvé.


Les antécédents personnels

Après un cancer à un sein, une femme présente 4 à 5 fois plus de risque de développer une tumeur au niveau de l’autre sein par rapport aux femmes sans antécédent.

En moyenne, cela concerne 15 % des femmes traitées pour un cancer du sein. Dans une moindre mesure et essentiellement dans un contexte de cancers familiaux, d’autres types de cancers (ovaire, utérus, côlon) peuvent aussi augmenter le risque.


L'histoire hormonale

Le développement du cancer du sein est influencé par l’imprégnation hormonale de la patiente, c’est-à-dire des taux d’œstrogènes et de progestérone à laquelle elle a été soumise au cours de sa vie.

Ainsi, le risque de cancer du sein est légèrement augmenté chez les femmes ayant été réglées avant l’âge de 12 ans ou chez celles dont la ménopause est survenue après 55 ans. De la même façon, les femmes n’ayant pas eu d’enfant ou celles n’ayant pas allaité ont un risque de cancer du sein légèrement supérieur aux autres femmes.


Ce dossier a été réalisé avec le concours du Dr Marc Espié, Maître de Conférence des universités, praticien hospitalier et responsable du centre des maladies du sein à l’hôpital Saint-Louis, Paris.


Retrouvez-nous
sur les réseaux sociaux