Back to top
Intro donation

Contribuer

à la recherche sur le cancer

Contribuer à la recherche sur le cancer :
Don ponctuel
Don mensuel
Punctual donation buttons
Regular donation buttons

Les sarcomes osseux

Sarcomes osseux : les facteurs de risque

Bien qu’il soit impossible de déterminer l’origine exacte d’un sarcome osseux, la recherche a mis en évidence ces dernières années des facteurs pouvant influer sur la survenue de ce type de tumeur.

Le sexe

On remarque, sans avoir d’explications précises, que les garçons et les hommes sont plus touchés par les sarcomes osseux que les filles et les femmes. Pour les ostéosarcomes, cette proportion est de 1,4 homme touché pour 1 femme ; pour le sarcome d’Ewing de 1,5 pour 1. En revanche, le chondrosarcome touche autant les hommes que les femmes.

Cancers pédiatriques

 


La vitesse de croissance des os

Les ostéosarcomes et le sarcome d’Ewing touchent principalement les enfants et les jeunes adultes. De fait, ils se développent dans des os qui sont en train de croître. On constate que les adolescents atteints sont en général grands pour leur âge. L’hypothèse scientifique : le développement de ces deux sarcomes, en particulier les ostéosarcomes, serait associé à une vitesse de croissance des os spécialement rapide qui favoriserait l’émergence de cellules tumorales et leur prolifération.


L'origine ethnique

Le sarcome d’Ewing touche presque exclusivement les personnes ayant la peau blanche. Dans une étude française de 2012, des chercheurs de l’Institut Curie ont mis en évidence que les enfants porteurs de deux variations génétiques particulières présentent deux fois plus de risque de développer une tumeur d’Ewing. Ces deux variants génétiques sont beaucoup plus rares dans les populations d’origine africaine et asiatique, ce qui expliquerait pourquoi les enfants d’origine européenne sont presque les seuls touchés par la maladie.


Les maladies génétiques

Certaines maladies rares engendrent un risque accru de sarcomes osseux.

  • La maladie d’Ollier, ou enchondromatose, se traduit par un risque accru de chondrosarcomes. Cette maladie rare de l’enfant engendre des tumeurs le plus souvent bénignes du cartilage, qui créent des déformations osseuses.
  • Le rétinoblastome, une tumeur héréditaire rare de l’œil qui affecte les enfants de moins de cinq ans, est un facteur de risque de survenue d’un ostéosarcome. De fait, le rétinoblastome est souvent suivi d’un autre cancer, un ostéosarcome dans la moitié des cas.
  • D’autres maladies rares sont associées à un risque accru de développer un certain nombre de cancers, dont un ostéosarcome : c’est le cas des syndromes de Li-Fraumeni, de Werner, de Bloom et de Rothmund-Thomson. Chez les adultes, la maladie de Paget augmente également le risque de développer un ostéosarcome.

Les radiations

Le traitement par radiothérapie augmente le risque de développer un sarcome, plusieurs années après ; il existe des ostéosarcomes radio-induits chez l’adulte. Cependant l’existence de ce risque (que la recherche travaille à diminuer au maximum), qui reste très faible, ne remet pas en question le recours à la radiothérapie chez les patients atteints de cancer.


Ce dossier a été réalisé grâce au concours du Pr Dominique Heymann, Directeur du laboratoire « Physiopathologie de la Résorption Osseuse et Thérapie des Tumeurs Osseuses Primitives », UMR 957 (Inserm, Université de Nantes, CHU de Nantes) et du Pr François Gouin du service orthopédie / traumatologie (CHU de Nantes).


Retrouvez-nous
sur les réseaux sociaux