Back to top
Intro donation

Contribuer

à la recherche sur le cancer

Contribuer à la recherche sur le cancer :
Don ponctuel
Don mensuel
Punctual donation buttons
regular_donation

Les cancers du pancréas

Cancers du pancréas : les symptômes et le diagnostic

Les principaux symptômes dus au cancer du pancréas sont la jaunisse, les douleurs abdominales et l’amaigrissement. Ils apparaissent tardivement dans l’histoire de la maladie, ce qui explique que le diagnostic soit souvent posé à un stade avancé.

En règle générale, le cancer du pancréas se développe sans entraîner de symptômes dans les premiers temps. Aussi, lorsque les premières manifestations se produisent, la tumeur est souvent déjà très développée.

Le premier signe repérable est alors l’état général du patient : une perte d’appétit et un amaigrissement progressif peuvent finir par alerter. Une jaunisse (ou ictère) peut aussi apparaître. Elle est due à la compression par la tumeur du canal cholédoque qui évacue normalement la bile depuis le foie jusqu’à l’intestin.

La bile reflue alors dans la circulation sanguine : elle entraîne un jaunissement des yeux et de la peau, des urines foncées et des selles décolorées, et parfois des démangeaisons au niveau de la peau. La tumeur peut provoquer des douleurs intenses en regard de l’estomac qui peuvent se propager aux côtes ou dans le dos vers la colonne vertébrale. Chez certaines personnes, ces douleurs sont parfois prises au début pour des douleurs rhumatismales. D’autres symptômes, moins fréquents, peuvent aussi être retrouvés comme une poussée de pancréatite, une phlébite, des vomissements, une diarrhée chronique…

Il faut savoir que la présence de ces symptômes varie en fonction de la localisation exacte de la tumeur. Par exemple, lorsque celle-ci se situe dans le corps ou la queue du pancréas, loin du canal cholédoque, elle n’entraîne pas d’ictère.


Le diagnostic

L'imagerie médicale

Les signes cliniques constituent le premier indice permettant au médecin de suspecter un cancer du pancréas. Après avoir réalisé un examen clinique, une échographie abdominale est prescrite. Cet examen indolore consiste à observer le pancréas – son aspect et les éventuelles anomalies – grâce à une sonde à ultrasons. Dans le cas où une tumeur est détectée, ou si les images obtenues ne sont pas suffisantes, un scanner est prescrit.

Le scanner (ou tomodensitométrie) est l’examen clé. Il permet de visualiser de façon plus précise le pancréas mais également les organes qui l’entourent. Les clichés obtenus donnent le moyen de confirmer ou non la présence d’une tumeur et, le cas échéant, de préciser sa localisation, sa taille… Si le diagnostic de cancer est confirmé, l’examen permet également d’observer les autres organes de l’abdomen afin de recueillir des données utiles pour le bilan d’extension de la maladie. Le scanner permet de savoir d’emblée s’il est possible d’opérer ou non la tumeur.

En pratique, le scanner est un examen qui dure une vingtaine de minutes. Le patient est allongé sur une table qui circule au milieu d’un grand anneau qui émet des rayons X. Un produit de contraste iodé, qui permet de « rehausser » les zones les plus irriguées des tissus examinés est injecté dans une veine du patient pendant l’examen. Ainsi, les images obtenues, qui doivent être suffisamment contrastées, peuvent apporter aux médecins des informations précieuses pour le diagnostic.

Le bilan d'extension

Dans le cas où les images du scanner laissent fortement suspecter la présence d’un cancer, plusieurs examens complémentaires sont prescrits. Une imagerie par résonance magnétique apporte par exemple des informations précieuses pour notamment détecter une atteinte au foie. L’ensemble des données collectées permettent ainsi à l’équipe médicale de déterminer si la maladie est précoce, avancée ou si elle s’est déjà disséminée à d’autres organes (métastases) ; ces informations sont indispensables pour que les médecins établissent le traitement le plus approprié au patient.

L’écho-endoscopie combine l’échographie et l’endoscopie. Elle est réalisée sous anesthésie générale à l’aide d’un endoscope (fibre optique souple) et d’une sonde d’échographie, introduits par la bouche jusque dans le duodénum. Une fois en place à proximité du pancréas, l’examen échographique commence. Il permet d’examiner le pancréas, de repérer et d’analyser les anomalies présentes au niveau de l’organe et de réaliser dans le même temps une biopsie : à l’aide d’une aiguille fine, le médecin prélève des échantillons de la tumeur pour les soumettre à une analyse microscopique qui permettra de confirmer le diagnostic et de caractériser la nature des cellules qui la composent.

En pratique, la biopsie n’est pas réalisée lorsqu’il existe une forte probabilité que la tumeur soit cancéreuse et qu’elle apparaît opérable : dans ce cas, la tumeur est d’emblée retirée puis analysée.

La réalisation de la biopsie est réservée à deux cas de figures : lorsque la tumeur apparaît inopérable à l’imagerie, du fait de sa taille ou de sa localisation, elle seule permet d’affirmer le diagnostic et d’orienter au mieux le choix du traitement. Si la tumeur est un peu trop grosse pour envisager une opération d’emblée et qu’on décide d’effectuer un traitement « préparatoire » (appelé néoadjuvant), la réalisation d’une biopsie est indispensable pour être sûr du diagnostic et choisir le traitement le plus adapté.

Une analyse biologique complète le bilan d’extension afin de mieux évaluer l’état général du patient.

Les stades de la maladie

Les médecins utilisent la technique de classification de l’UICC (Union internationale contre le cancer) pour qualifier l’extension de la tumeur. Le stade de la maladie (on parle de « stadification ») est ainsi déterminé selon la taille de la tumeur et sa propagation aux ganglions voisins ou aux organes à distance.

Stade UICCTNMExplication
Stade 0Tis N0 M0On trouve des cellules anormales seulement dans le revêtement du pancréas (aussi appelé carcinome in situ).
Stade IAT1 N0 M0La tumeur se trouve seulement dans le pancréas et mesure 2 cm ou moins.
Stade IBT2 N0 M0La tumeur se trouve seulement dans le pancréas et mesure plus de 2 cm.
Stade IIAT3 N0 M0La tumeur s’est propagée aux tissus voisins mais pas aux gros vaisseaux sanguins à proximité.
Stade IIBT1 à T3 N1 M0La tumeur se trouve dans le pancréas ou s’est propagée aux tissus voisins mais pas aux gros vaisseaux sanguins à proximité. La tumeur s’est propagée aux ganglions lymphatiques régionaux.
Stade IIIT4 Tout N M0La tumeur s’est propagée au-delà du pancréas jusqu’aux gros vaisseaux sanguins à proximité. La tumeur peut s’être propagée aux ganglions lymphatiques régionaux.
Stade IVTout T Tout N M1Le cancer s’est propagé vers des emplacements éloignés, comme le foie, un poumon ou la cavité abdominale (péritonéale).

 


Ce dossier a bénéficié du concours du Pr Pascal Hammel, service d'oncologie digestive et médicale à l'hôpital Beaujon (Clichy).


Retrouvez-nous
sur les réseaux sociaux