Back to top
Intro donation

Contribuer

à la recherche sur le cancer

Contribuer à la recherche sur le cancer :
Don ponctuel
Don mensuel
Punctual donation buttons
Regular donation buttons

Projet soutenu

Clinique du Risque : vers un dépistage sur mesure du cancer du sein

Avec le soutien de la Fondation ARC, l’équipe du docteur Suzette Delaloge (Gustave Roussy) développe depuis 2011 un dispositif de prévention basé sur un nouveau logiciel médical pour que chaque femme puisse évaluer, avec son médecin, son risque individuel d’avoir un cancer du sein.

L’un des objectifs de ce nouveau logiciel est de prendre en compte les antécédents familiaux et personnels de la patiente, identifiés selon les dernières recommandations de la Haute Autorité de santé (HAS), mais aussi la densité du tissu mammaire, un facteur de risque connu, afin de proposer à chaque femme une prise en charge personnalisée en fonction du niveau de risque identifié.

À partir une cohorte de patientes soumises au dépistage du cancer du sein, l’équipe de Suzette Delaloge a généré un score évaluant le risque de développer ce cancer à cinq ans, tenant compte de quatre variables :

  • la densité des seins, calculée grâce à un logiciel1 développé dans le cadre du projet, afin de reproduire le regard du radiologue ;
  • l’âge ;
  • l’histoire familiale ;
  • les antécédents gynécologiques.

Ces paramètres ont été intégrés au logiciel MammoRisk, développé dans le cadre du projet Clinique du Risque par la société Statlife, qui permet, lors de la consultation, de donner à chaque patient la mesure de son propre risque afin de lui proposer, en cas de risque plus élevé, des mesures de dépistage spécifiques.

Avant d’être utilisé en routine, l’acceptabilité du logiciel MammoRisk doit être évaluée par deux études qui concluront le projet conduit par l’équipe de Suzette Delaloge :

  • la première, déjà réalisée, a porté sur 150 femmes ayant déjà présenté une anomalie bénigne au niveau du sein : 85 % des femmes incluses dans l’étude ont donné leur accord au médecin pour recevoir une information sur leur risque à cinq ans ; 70 % ont suivi les conseils qu’on leur a donnés sur la fréquence du dépistage. Les femmes ont également reçu des conseils personnalisés de mode de vie ;
  • la deuxième, en cours, inclura 600 femmes de la population générale recrutées par dix gynécologues, dix radiologues et dix médecins généralistes.

« Le logiciel que nous avons développé permettra au médecin (médecin généraliste, gynécologue ou radiologue) d’expliquer le risque à sa patiente de manière très simple, avec un chiffre de risque ou un graphique. En cas de risque plus élevé, il permettra d’adapter le dépistage, en prescrivant des mammographies plus rapprochées. Il sera enfin très utile au suivi des femmes entre 40 et 50 ans, qui ne bénéficient pas actuellement du dépistage organisé afin de leurs proposer une stratégie de dépistage sur mesure » conclut la chercheuse. 


1 Le logiciel DenSeeMammo évalue de manière automatique, fiable et reproductible la densité du sein imitant l’évaluation visuelle du radiologue (la seule recommandée). Le logiciel conçu grâce aux travaux réalisés dans le cadre du Projet Clinique du Risque a reçu l’approbation de la FDA en décembre 2016 et de l’EMEA. 


Contenus en lien avec cet article

Retrouvez-nous
sur les réseaux sociaux