Back to top
Intro donation

Contribuer

à la recherche sur le cancer

Contribuer à la recherche sur le cancer :
Don ponctuel
Don mensuel
Punctual donation buttons
Regular donation buttons
16 juin 2020

Cancers du sein: des mutations pourraient prédire l’efficacité d’une thérapie ciblée

Des résultats communiqués au dernier congrès de l’ASCO révèlent que certaines mutations seraient associées à une bonne efficacité du ribociclib chez les femmes atteintes de cancers du sein hormonodépendants.

Pour les femmes touchées par un cancer du sein hormonodépendant (RH+), la prise en charge à long terme inclut souvent la prescription d’une hormonothérapie, destinée à limiter les risques de récidives. Ces dernières années, des molécules ciblant la protéine CDK4 ont montré qu’elles permettaient d’allonger la survie de ces patientes lorsqu’elles étaient associées à ce traitement d’entretien. Le ribociclib, par exemple, est aujourd’hui proposé aux femmes ménopausées atteintes d’un cancer du sein RH+ avancé ou métastatique et sans expression du récepteur HER2, en association avec une hormonothérapie. Malheureusement, malgré les résultats positifs des essais cliniques qui ont permis de valider le recours au ribociclib, cette thérapie n’est pas efficace chez toutes les patientes. Être en mesure de prédire cette efficacité est donc un enjeu majeur pour optimiser la prise en charge de toutes les patientes, un défi que l’équipe de Fabrice André, à Gustave Roussy, a voulu relever.

Les médecins se sont donc penchés sur le patrimoine génétique des tumeurs de plus de 1500 patientes, qui avaient reçu le ribociclib dans le cadre des essais cliniques destinés à évaluer l’efficacité de cette molécule. Par une analyse précise des différentes mutations retrouvées de façon récurrente, il leur a été possible d’établir des liens entre certaines de ces mutations et l’évolution clinique des patientes : 7 mutations (dont celle des gènes BRCA1 ou 2) ont été associées à une bonne efficacité du ribociclib, alors que trois autres seraient liées à un certaine résistance à ce traitement.

Pour mener cette analyse génétique approfondie, les chercheurs ont travaillé à partir d’échantillons sanguins, validant ainsi le recours à l’ADN tumoral circulant pour mener cette recherche de mutations. Un détail important lorsqu’il concerne le suivi de patientes à distance du diagnostic et de la chirurgie.


R. D.

Source : André, F. et al; https://meetinglibrary.asco.org/record/185415/abstract; mai 2020


Retrouvez-nous
sur les réseaux sociaux