Je veux m’informer sur les cancers et plus précisément sur les sarcomes des tissus mous et des viscères
Back to top

Contribuer

à la recherche sur le cancer

Ensemble, agissons pour guérir

2 cancers sur 3 d'ici 2025

Contribuer à la recherche sur le cancer :
Don ponctuel
Don mensuel
Punctual donation buttons
Regular donation buttons

Ensemble, agissons pour guérir

2 cancers sur 3 d'ici 2025

Les sarcomes des tissus mous et des viscères

Les sarcomes sont des tumeurs qui se développent aux dépens des tissus de soutien de l’organisme. On distingue les sarcomes des os et les sarcomes des tissus mous et des viscères. Ces derniers sont les plus fréquents et font l’objet de cette brochure.

Ce dossier a été réalisé grâce au concours du Professeur Isabelle Ray-Coquard, oncologue médical au centre Léon Bérard (Lyon) en charge des cancers ovariens, tumeurs rares et sarcomes.

On estime entre 3 000 et 4 000 le nombre de nouveaux cas diagnostiqués chaque année

En 2016, 8 projets de recherche ont été soutenus par la Fondation ARC

En 2016, près de un million d'euros ont été alloués à la recherche sur ce cancer

Introduction

Les sarcomes sont des tumeurs rares qui se développent dans les tissus de soutien que sont par exemple les muscles, le tissu graisseux (ou adipeux), le cartilage, les vaisseaux sanguins ou lymphatiques, les nerfs ou encore les os.

En savoir plus sur les tissus mous et les viscères et les sarcomes

Les symptômes et le diagnostic

Compte tenu de l’incidence faible des sarcomes et des symptômes, peu spécifiques, les médecins non spécialisés suspectent le plus souvent d’autres pathologies plus courantes et moins graves. Des efforts, notamment d’information des médecins généralistes, sont réalisés afin d’améliorer le diagnostic.

Vivre avec et après la maladie

Le diagnostic d’un cancer est un moment difficile. L’équipe médicale est là pour aider et orienter les patients et leurs proches tout au long de cette épreuve. Dans le cas d’un sarcome, les difficultés liées aux éventuels traitements mutilants peuvent en particulier nécessiter un soutien spécifique.

Après le choc lié à l’annonce de la maladie, il est important pour le patient de s’impliquer progressivement dans sa prise en charge. Ne pas perdre pied et éviter les baisses de moral contribuent en effet à l’efficacité des traitements.

Lire la suite

Les espoirs de la recherche

Les progrès de la recherche ont permis d’améliorer significativement le pronostic de certains sarcomes comme les GIST. Les travaux se poursuivent afin de trouver de nouvelles molécules de thérapie ciblée et de proposer des techniques chirurgicales les plus conservatrices possible. Dans le domaine des sciences humaines, les chercheurs évaluent les diverses modalités de prise en charge des patients.

Lire la suite

Retrouvez-nous
sur les réseaux sociaux