Back to top

Contribuer

à la recherche sur le cancer

Ensemble, agissons pour guérir

2 cancers sur 3 d'ici 2025

Contribuer à la recherche sur le cancer :
Don ponctuel
Don mensuel
Punctual donation buttons
Regular donation buttons

Ensemble, agissons pour guérir

2 cancers sur 3 d'ici 2025

Le cancer

Cancer : les facteurs de risque

La transformation d'une cellule normale en une cellule cancéreuse peut être induite par de nombreux facteurs liés aux modes de vie, à l’environnement ou encore à notre patrimoine génétique.

L’étude des mécanismes biologiques qui sont à l’origine des cancers (ou cancérogenèse) a permis d’identifier un certain nombre de facteurs qui augmentent le risque de cancer.

Il est généralement difficile de savoir pourquoi une personne a développé un cancer. Les cancers sont en effet des maladies multifactorielles et l’ensemble des facteurs pouvant conduire à leur apparition ne sont pas connus. Toutefois, l’étude des mécanismes biologiques qui sont à l’origine des cancers (ou cancérogenèse) a permis d’identifier un certain nombre de facteurs qui augmentent le risque de cancer.

On dissocie généralement les facteurs de risque en deux groupes : les facteurs évitables et les facteurs non évitables. Les premiers sont des éléments relatifs à notre comportement ou nos habitudes de vie : le tabac, l’équilibre alimentaire, le soleil, les infections par certains virus ou certaines bactéries... Autant de facteurs contre lesquels il est possible de se prémunir. Les facteurs non évitables sont quant à eux liés à notre âge, notre sexe, notre patrimoine génétique...


Les risques liés aux comportements

Le tabac

Le tabac est le principal facteur de risque de cancer connu. Il est responsable de plus de 30 % des tumeurs malignes et d’un quart des décès par cancer. Il est responsable de 80 % des cancers du poumon, de 51 à 76 % des cancers des voies aérodigestives supérieures (larynx, œsophage...) et de 53 % des cancers de la vessie... Le tabagisme passif ne doit pas non plus être négligé : on estime qu’il a causé plus de 250 décès en France en 2000.

Certaines habitudes alimentaires

Elles sont également impliquées dans la survenue des cancers :

  • l’excès de viandes animales ou de charcuterie augmente le risque de cancer colorectal ;
  • l’excès de sel et d’aliments salés expose à un sur-risque de cancer de l’estomac ;
  • l’excès d’alcool est responsable de 6 % de l’ensemble des cancers en France, dont 63 % des cancers de la bouche et du pharynx, 54 % des cancers du larynx et 26 % des cancers du foie.

À l’inverse, une consommation suffisante de fruits et légumes constitue un facteur  protecteur  vis-à-vis  des  cancers  des  voies  aérodigestives  supérieures et de l’estomac. Des fibres en quantités suffisantes réduisent également les risques de cancer colorectal.

L’exposition excessive aux ultra-violets (UV)

L'exposition aux UV du soleil ou des cabines de bronzage est un facteur de risque bien connu de cancer de la peau. Près de 70 % des mélanomes seraient ainsi liés à l’exposition aux UV.

La sédentarité, L’absence d'activité physique, le surpoids et l’obésité

Ils augmentent aussi le risque de développer certains cancers.


Les risques liés à l’environnement

Des polluants d'origine physique ou chimique

Évitables ou non, ils seraient responsables de 3 à 9 % des cancers (hors tabac). Parmi eux, sont regroupés les radiations ionisantes (naturelles ou artificielles), le radon, des polluants comme les dioxines ou les pesticides qui peuvent être retrouvés dans l’alimentation... Par ailleurs, dans le cadre d’une activité professionnelle, l’exposition à de nombreuses substances (l'amiante, le  benzène, le chrome, la poussière de bois...) présente un risque cancérigène. La nature des cancers induits est différente selon le polluant considéré.

Les agents infectieux

Le rôle des agents infectieux dans la cancérogenèse de certaines tumeurs est bien connu : 70 à 80 % des cas de cancers du foie seraient liés à des infections par les virus de l’hépatite b et C (VHB, VHC), et 70 % des cancers du col de l’utérus seraient attribuables à deux papillomavirus humains (HPV 16, HPV 18). Le risque de cancer gastrique est quant à lui multiplié par 5 ou 6 en cas d’infection chronique de l’estomac par la bactérie Helicobacter pylori.

Certains lymphomes, en particulier des lymphomes non hogkiniens, sont également associés à  des  infections  virales  (VIH,  EBV,  HHV8,  VHC,  HTLV-1)  ou  bactériennes (Helicobacter pylori, Campylobacter jejuni...)


Les risques liés à l’individu et son histoire

L’avancée en âge

L’avancée en âge, un facteur non évitable par excellence, augmente la probabilité d’avoir un cancer. En effet, plus le temps s’écoule et plus le nombre de lésions susceptibles de s’accumuler dans les cellules augmente. Ainsi, plus nous vieillissons et plus nous avons de risque de voir une de nos cellules devenir anormale et conduire à la formation d’une tumeur.

Les hormones

L’imprégnation hormonale de l’organisme au cours de la vie peut modifier le risque de cancers : l’âge de la puberté et de la ménopause, le nombre de grossesses, l’âge auquel elles ont été menées, la prise de contraceptifs oraux ou de traitements hormonaux substitutifs à la ménopause (THS) ont un impact.

Une origine héréditaire

Entre 5 et 10 % des cancers auraient une origine héréditaire. On estime ainsi que 5 à 10 % des cancers de l’ovaire et du sein et 3 % des cancers du côlon seraient liés à une prédisposition génétique héréditaire. D’autres cancers, plus rares, ont presque toujours une origine héréditaire. C’est notamment le cas des rétinoblastomes, des tumeurs pédiatriques de l’œil, ou de certaines tumeurs du rein (tumeur de Wilms).

Les maladies inflammatoires ou auto-immunes

Dans le cas de certaines maladies chroniques comme les maladies inflammatoires ou auto-immunes, les déficits immunitaires sont associés à un risque augmenté de cancer ou de lymphome.

Les traitements

Des traitements tels que la radiothérapie, la chimiothérapie ou l’administration d’immunosuppresseurs peuvent aussi augmenter le risque de cancer, en particulier celui de cancers hématologiques et cutanés.


Ce dossier a été réalisé avec le concours du Pr Olivier Hermine, hématologue à l’hôpital Necker, Paris.


Retrouvez-nous
sur les réseaux sociaux